32 ans de 16 jours d'activisme contre la violence basée sur le genre : un appel fondé sur des données probantes à s'UNIR !

32 ans de 16 jours d'activisme contre la violence basée sur le genre : un appel fondé sur des données probantes à s'UNIR !

Photo principale
Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Cet article est également disponible sur le site du Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (J-PAL). site

Dans la lutte contre la violence basée sur le genre (VBG) et la violence conjugale (VPI), qui touchent de manière disproportionnée les femmes et les filles, impliquer les hommes dans la prévention de la violence pourrait être la clé du puzzle. La plupart des approches conventionnelles visant à lutter contre la VBG et la VPI reposent sur des programmes qui autonomisent les femmes et les filles, laissant les hommes de côté. Alors que nous célébrons le 32e anniversaire des 16 jours d'activisme contre la violence basée sur le genre, le thème de cette année, «UNIR! Investir pour prévenir la violence contre les femmes et les filles», est un appel ouvert à tous, y compris aux hommes et aux garçons, à devenir un allié dans la prévention de la violence à l'égard des femmes et des filles.

Preuves prometteuses sur l’implication des homologues masculins dans la lutte contre la VBG et la VPI

Il existe de plus en plus de preuves montrant que travailler avec des alliés masculins peut aider à prévenir la VBG, y compris la VPI. IPA - Innovations pour l'action contre la pauvreté (IPA) et le Laboratoire d'action contre la pauvreté Abdul Latif Jameel (J-PAL) ont soutenu des études de recherche rigoureuses explorant diverses solutions pour lutter contre la VBG et la VPI, évoluant vers un monde avec moins de violence envers les femmes et les filles.

Une manière par laquelle les programmes ciblant les hommes et les garçons pourraient améliorer la violence conjugale consisterait à changer leurs attitudes à l’égard de l’acceptabilité de la violence contre les femmes et les filles. Cibler les adolescents pour réduire la VPI a montré des résultats prometteurs en Tanzanie, en partie grâce à un changement d’attitude à l’égard de la violence conjugale. Professeur affilié J-PAL Manisha Shah et co-auteurs évalué un programme qui offrait aux adolescentes une activité d'établissement d'objectifs autour de leur santé sexuelle et reproductive, ainsi qu'un volet offrant à leurs partenaires romantiques adolescents un programme pédagogique basé sur le football. Les deux composantes ont été construites en complément d'un programme en cours d'autonomisation des adolescentes. Le programme sportif pour garçons s'est concentré sur la refonte des attitudes et des comportements autour de la masculinité, de la violence conjugale et des relations sexuelles. Le programme sportif pour garçons a réduit l'expérience des adolescentes en matière de VPI de 0.2 écart-type, ce qui était similaire en ampleur à l'impact de l'intervention d'établissement d'objectifs des filles. Les impacts du programme sportif s'expliquent en partie par le changement d'attitude des garçons à l'égard de l'acceptabilité de la VPI, ainsi que par la réduction de l'activité sexuelle. Les adolescents peuvent constituer un groupe d’âge particulièrement efficace à cibler dans les programmes de changement d’attitude, car ils peuvent avoir des attitudes plus malléables à l’égard des rôles et des normes de genre.

Un groupe d'hommes et de femmes activement engagés lors d'une sensibilisation communautaire sur la santé reproductive (Photo : Jonathan Torgovnik/Getty Images/Images of Empowerment)
Un groupe d'hommes et de femmes activement engagés lors d'une sensibilisation communautaire sur la santé reproductive (Photo : Jonathan Torgovnik/Getty Images/Images of Empowerment)

Les programmes qui incluent la participation des hommes pour réduire la VPI peuvent prendre différentes formes. En Ouganda, l'IPA a évalué Devenir un programme, une approche basée sur la foi programme de conseil aux couples qui a entraîné une réduction de 12 pour cent de la violence conjugale, a transféré le pouvoir des hommes aux femmes et a amélioré la qualité globale de la relation des deux partenaires un an après sa mise en œuvre. Au cours de douze séances de groupe en personne, des femmes et des hommes ont reçu des conseils axés sur l'amélioration des relations de couple plutôt que sur la violence. Les thèmes abordés comprenaient la communication, la régulation émotionnelle, le contrôle partagé sur les finances, le consentement sexuel et le plaisir. Compte tenu des résultats prometteurs de l'évaluation, l'IPA a identifié le programme comme l'une des quatorze innovations présentées sur «Meilleurs paris : opportunités émergentes pour un impact à grande échelle« – visant à donner aux hommes et aux femmes les outils et les connaissances nécessaires pour réduire et prévenir la VPI à grande échelle, améliorant ainsi leur qualité de vie.

De même, une évaluation en Inde d'un programme de formation sur le harcèlement sexuel réalisé par l'ONG Safecity montre également comment l'engagement des adolescents et des jeunes adultes de sexe masculin peut avoir un impact important sur la VPI. En partenariat avec les collèges de la ville, l'intervention a été menée auprès d'hommes et de femmes dans un cadre universitaire en classe et s'est concentrée sur la sensibilisation et l'empathie. Les chercheurs ont découvert que lorsque les hommes recevaient la formation, les femmes étaient moins susceptibles de signaler le harcèlement sexuel de la part des hommes de leur classe. Les recherches futures pourraient continuer à explorer différents contextes pour inciter les garçons et les hommes à changer les attitudes et les comportements en matière de VBG.

UNIR! en investissant dans la recherche sur l'engagement des homologues masculins

La fréquence et l’intensité des programmes peuvent également être importantes pour les recherches futures. Étant donné que les attitudes et les normes de genre mettent souvent beaucoup de temps à changer, des questions ouvertes concernant la bonne combinaison d’interventions demeurent. Compte tenu de leur complexité, les programmes de prévention de la VBG et de la VPI impliquant des hommes et des garçons doivent être adaptés au contexte et fondés sur des données probantes afin de maximiser l’impact, minimiser les réactions négatives et accroître les résultats positifs pour les femmes, les filles et la société.

Alors que nous réfléchissons à l’appel à UNITE !, il est encourageant de voir davantage d’acteurs discuter et souligner l’importance d’impliquer leurs homologues masculins dans les efforts visant à aborder et à modifier les normes de genre restrictives. Par exemple, des séances plénières au Les femmes livrent La conférence de cet été s'est concentrée sur l'engagement des hommes comme l'une des solutions potentielles pour lutter contre les disparités entre les sexes, notamment dans le domaine des soins non rémunérés, du travail domestique et de la violence conjugale. De même, dans le récent projet de loi de la Banque mondiale Stratégie genre 2024-2030, la participation des hommes et des garçons est considérée comme une solution potentielle pour favoriser l’égalité des sexes et modifier les attitudes en matière de genre. Pourtant, il est clair que ces solutions potentielles doivent être rigoureusement évaluées, et nous sommes impatients de continuer à soutenir la recherche qui peut contribuer à combler ces lacunes.