Les gens ou les ordinateurs sont-ils plus aptes à poser des questions difficiles sur la violence conjugale ?

Les gens ou les ordinateurs sont-ils plus aptes à poser des questions difficiles sur la violence conjugale ?

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

An environ 835 millions de personnes dans le monde connaissent la violence conjugale (VPI) dans leurs relations. Cependant, l'étendue réelle de la prévalence de la VPI reste débattue parce que—bien que les statistiques de VPI soient incroyablement élevées dans certaines régions— de nombreux experts théorisent que les chiffres sont toujours sous-estime. Lorsque les enquêteurs posent des questions sur des sujets embarrassants, sensibles ou moralement chargés, les gens hésitent parfois à être honnêtes. Les questions de VPI portent fondamentalement sur la violence, le sexe et la dégradation, des sujets dont beaucoup de gens hésitent à parler franchement. Pour les VPI, cette hésitation peut être encore aggravée par les normes culturelles concernant la « vie privée de la famille » et la crainte légitime de représailles des répondants si leur partenaire violent découvre qu'ils « bavardent » au sujet de leur relation avec un chercheur. Cependant, malgré la difficulté de poser ces questions, les gouvernements et les organisations ont besoin d'informations précises pour comprendre l'ampleur du problème et concevoir de meilleurs programmes pour lutter contre la VPI. L'initiative IPV d'Innovations for Poverty Action s'est engagée à améliorer les pratiques de mesure, à la fois pour obtenir des données plus précises sur un problème omniprésent et pour offrir plus de sécurité et de confort aux répondants.

Arpenteur VPI

Même dans un cadre privé, il peut être difficile de poser des questions très personnelles.

Ces dernières années Auto-entretien audio assisté par ordinateur (ACASI) est apparue comme une nouvelle méthode de conduite d'entretiens. Cette méthode consiste à demander aux répondants d'écouter les questions au casque sur une tablette et de saisir eux-mêmes leurs réponses, en privé. Cela nécessite moins de formation des enquêteurs et pourrait entraîner une réduction globale de « l'effet enquêteur », dans lequel l'enquêteur influence les réponses des répondants. Certains théorisent que cette méthode pourrait réduire l'inconfort de l'enquête car le répondant ne se sent jamais exposé à un étranger. Il y a eu quelques adopteurs précoces de cette méthode et de guides pour les projets à utiliser.

Alors, quelles preuves avons-nous sur les «meilleures» façons d'interroger une femme sur la violence de son partenaire ?

Au Kenya, les chercheurs de l'Université d'Oxford Mahreen Mahmud, Kate Orkin et Emma Riley suivaient les effets de transferts monétaires et programmes modèles sur les femmes et leurs ménages. L'étude n'était pas initialement destinée à être une expérience comparant ACASI à des entretiens en face à face, mais l'équipe a fini par ajouter des questions à l'enquête d'une autre étude, qui n'avait pas le temps de gérer logistiquement l'enquête avec ACASI. Ils disposent ainsi de données issues de deux méthodes différentes dans un échantillon comparable. Ils ont pu comparer l'ACASI à des entretiens en face à face avec 2,133 10 femmes à l'aide de l'enquête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la violence contre les femmes. L'incidence de la violence modérée est de 34 à 30 points de pourcentage plus élevée lorsqu'elle est déclarée à l'aide de l'ACASI, dans les différents échantillons et questions. Au total, l'étude révèle une incidence de près de XNUMX points de pourcentage plus élevée de signalements de violence physique lorsqu'elle est interrogée à l'aide de l'ACASI.

En République dominicaine, Seth Garz était enquêtant sur les impacts de Progresser avec la Solidarité, un important transfert gouvernemental en espèces et des services d'intermédiation sociale associés, sur la violence entre partenaires intimes parmi les participants aux programmes de protection sociale. Ils se sont également intéressés à la meilleure façon de mesurer la violence dans les relations familiales. L'Initiative IPV les a aidés à faire une comparaison similaire à celle de l'équipe au Kenya, avec exactement les mêmes questions, en utilisant un échantillon de 2,392 XNUMX ménages. Dans toutes les questions, les mesures audio avaient une prévalence rapportée sensiblement plus élevée que l'entretien en face à face.

De même, Claire Cullen a dirigé une axé sur la mesure comparaison posant les mêmes questions sur la violence en utilisant différentes approches d'enquête. Au Rwanda, un échantillon de 2,700 XNUMX femmes a répondu à deux questions sur la violence. Lorsqu'on leur a posé la question à l'aide de l'ACASI, les résultats étaient également plus élevés qu'en face à face, mais la différence n'était pas toujours statistiquement significative.

L'Initiative VPI soutient trois études supplémentaires qui testent la valeur d'une plus grande confidentialité pendant les entretiens. Ces études devraient avoir des résultats publics d'ici deux ans.

Nos conclusions (actuelles)

Alors que l'Initiative VPI attend les résultats d'études supplémentaires qui testent les différences dans les façons de poser les questions standard sur la VPI, l'auto-interview audio assistée par ordinateur (ACASI) semble obtenir des taux de prévalence de VPI rapportés plus élevés. Sur la base d'informations qualitatives et des commentaires des équipes de recherche, nous interprétons la prévalence plus élevée signalée par l'ACASI comme représentant des réponses plus honnêtes sur les expériences de violence que les entretiens traditionnels en face à face. Les implications de cette recherche pourraient être que les taux de violence conjugale alarmants qui sont cités le plus fréquemment peuvent en fait être sous-déclarés puisqu'ils étaient basés sur des entretiens traditionnels en face à face.

Sur la base des résultats qui ont émergé à ce jour, l'Initiative VPI suggère que les chercheurs utilisent ACASI ou d'autres outils d'enquête qui permettent une confidentialité totale des répondants lorsqu'ils répondent aux questions au lieu d'entretiens en face à face. Ces résultats suggèrent également que lorsque les enquêteurs posent les questions, les répondants sont moins à l'aise de divulguer la VPI.

À ce stade, nous ne savons pas pourquoi les gens signalent des taux plus élevés de VPI lorsqu'ils répondent sur un appareil privé, par opposition aux questions d'un enquêteur. Des recherches supplémentaires pourraient aider à déterminer si la différence est due au fait que les répondants savent que personne n'écoute secrètement l'entretien s'il est plus facile de divulguer des informations sans avoir à gérer leurs émotions devant un enquêteur s'ils craignent le jugement de l'arpenteur ou une combinaison de ce qui précède.

Même si le domaine s'oriente davantage vers des méthodes assistées par ordinateur, il est important de noter que les enquêteurs doivent encore être formés aux pratiques éthiques entourant la collecte de données sur la VPI. Les visiteurs seront toujours responsables d'administrer les instructions du sondage, d'assurer la clarté des répondants et de soutenir les répondants qui choisissent de divulguer des situations extrêmes ou dangereuses. Cependant, ces résultats suggèrent que les études obtiendront des réponses plus précises des répondants sur ces sujets difficiles en utilisant une méthode qui offre plus de confidentialité.

 

 

 

29 juillet 2021