Un appel à des annexes structurées sur l'éthique dans les articles en sciences sociales

Un appel à des annexes structurées sur l'éthique dans les articles en sciences sociales

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Les chercheurs en sciences sociales engagés dans la collecte de données primaires examinent souvent une série de questions éthiques lors de la planification de leur recherche, mais ces considérations sont rarement articulées dès le départ ou dans des articles ultérieurs générés à partir de la recherche. Nous pensons que la construction d'étapes explicites pour cela peut conduire à une meilleure recherche, à une meilleure communication sur la recherche, et donc à un meilleur impact de la recherche également. Pour faciliter cela, nous proposons aux auteurs d'inclure une annexe structurée sur l'éthique dans les documents de travail et les annexes publiées en ligne, et nous fournissons un cadre ci-dessous à titre indicatif.  

Comme beaucoup le savent, les comités d'examen institutionnels (IRB) visent à protéger les participants à la recherche, mais examinent en fin de compte un ensemble restreint de questions d'éthique. De nombreuses questions d'éthique devraient être discutées qui ne relèvent pas de la compétence d'un IRB. Mais nous n'avons pas réellement de « comités d'éthique » qui ont un mandat sur toutes les questions d'éthique de la recherche. De nombreuses questions éthiques, celles qui ne sont pas couvertes par l'IRB, sont laissées à l'autorégulation et à l'examen par les pairs lors des demandes de subvention et des publications. (En savoir plus sur le rôle des IRB, en particulier l'IPA IRB, ici).

C'est loin d'être optimal pour deux grandes raisons : premièrement, il existe d'importants problèmes d'éthique dans la manière dont les chercheurs s'engagent auprès des institutions, des décideurs et des personnes extérieures et, en fin de compte, les influencent. Une considération et une discussion actives de ces questions peuvent aider à former des normes plus fortes et à adhérer à ces normes. Deuxièmement, le style d'écriture en sciences sociales est souvent assez concis sur les questions de méthodes, en particulier sur les informations pertinentes pour la compréhension des questions d'éthique. De nombreuses revues exigent un numéro d'approbation IRB et rien de plus. Cela laisse les lecteurs remplir les informations non déclarées avec des hypothèses potentiellement incorrectes. La nature abrégée de certaines discussions publiques peut alors exacerber le problème.

C'est pourquoi nous proposons une « annexe éthique structurée » pour les articles et les projets qui s'engagent dans la collecte de données primaires. Ceci n'est pas une liste de contrôle; nous ne connaissons aucune recette spécifique qui puisse fournir une «approbation éthique» d'un projet de recherche. Au lieu de cela, il s'agit d'un ensemble structuré mais bref de 14 questions qui, espérons-le, fourniront aux chercheurs une plate-forme concise et consolidée pour susciter une réflexion approfondie sur les principaux problèmes éthiques et fournir des informations pertinentes aux lecteurs.

Quelques questions qui nous sont venues, pour clarifier. (1) Bien que nous n'y serions pas opposés, nous n'imaginons pas que des revues l'exigent. Nous proposons que ce soit une étape volontaire dans la planification de la recherche et une annexe que les chercheurs pourraient mettre à la fin de leurs documents de travail et inclure dans toutes les annexes en ligne pour les articles publiés. (2) Nous rédigerons un article pour accompagner cette annexe structurée, qui expliquera certaines des motivations et des problèmes plus larges, notre point de vue sur ces problèmes d'éthique. Nous envisageons que cet article soit utile pour expliquer certains des problèmes sous-jacents à chacune des questions de l'annexe, mais nous incluons également en petits italiques de brèves explications de chacune des questions.

Nous publions ceci ici dans l'espoir d'obtenir des commentaires de la communauté. Nous avons également préparé quelques exemples de ce à quoi cela pourrait ressembler, à partir de nos propres projets ainsi que d'autres. 

Si vous avez des commentaires ou des idées sur la façon dont nous pouvons améliorer cela, veuillez nous envoyer un courriel à karlan@northwestern.edu (facultatif) christopher.udry@northwestern.edu

Le cadre est ci-dessous. Et nous avons également écrit quatre échantillons : Attacher Ulysse au mât, Une meilleure vision du développement, Randomiser la religionet Décisions agricoles après assouplissement des contraintes de crédit et de risque.

Nous avons hâte d'entendre ce que les gens pensent.

Dean et Chris

Annexe sur la discussion structurée sur l'éthique

1. Équilibre

Y a-t-il équilibre ?

L'équilibre clinique signifie qu'il existe une incertitude ou un désaccord véritable et significatif entre les parties prenantes sur le résultat de la recherche (par exemple, le rapport coût-efficacité d'une intervention par rapport aux alternatives). Notez que cela pourrait être copié et collé à partir du document principal, la section dans laquelle on décrit la littérature existante sur ce sujet et où ce document ajoute de la valeur à cette littérature.

2. Rôle des chercheurs par rapport à la mise en œuvre

Les chercheurs sont-ils des chercheurs « actifs », c'est-à-dire que les chercheurs ont-ils un pouvoir décisionnel direct sur l'opportunité et la manière de mettre en œuvre le programme ?

Si OUI, quel a été le processus de divulgation aux participants et de consentement éclairé pour la participation au programme ? Fournir les détails de l'approbation de l'IRB peut être suffisant, comme au point 2 ci-dessus, mais des éclaircissements supplémentaires sur toute question importante doivent être discutés ici.

Si NON, c'est-à-dire que la mise en œuvre était séparée, expliquez la séparation.

Un chercheur doit être considéré comme « actif » si, par exemple, le personnel de mise en œuvre est employé par une institution dans laquelle le chercheur principal est employé, et le personnel rend compte directement ou indirectement au chercheur principal de cette institution en ce qui concerne ce projet. Ou si les chercheurs contrôlent le financement de la mise en œuvre et, à ce titre, ont un pouvoir décisionnel direct sur les principales décisions de mise en œuvre.

Certains facteurs clés à décrire qui aident à éclairer si les chercheurs sont « actifs » ou non (ici, les « chercheurs » sont définis comme les chercheurs principaux et le personnel qui relève directement ou indirectement des chercheurs principaux : les chercheurs ont-ils directement fourni l'une des interventions, ou parties de celui-ci, aux participants ? Les chercheurs ont-ils interagi directement avec les participants et implicitement approuvé une ou plusieurs des interventions ?

3. Préjudices potentiels causés aux participants à la recherche par les interventions ou les politiques 

L'intervention, la politique ou le produit étudié présente-t-il un danger potentiel pour les participants ? Dans le même ordre d'idées, les participants sont-ils particulièrement vulnérables ? Si oui à l'une ou l'autre, que fait-on pour atténuer ces risques ?

Il peut être important de se demander si les chercheurs sont « actifs » (voir ci-dessus) ou non pour cette discussion. Si les chercheurs sont « actifs », ils sont alors responsables des dommages potentiels, et une discussion approfondie est donc appropriée. Si les chercheurs ne sont pas « actifs », alors même s'ils ne sont peut-être pas responsables des dommages potentiels, une discussion à ce sujet serait appropriée ici.

Il y aura presque toujours des préjudices potentiels, voire rien d'autre, en raison d'investissements complémentaires tels que le temps que les participants à une intervention réorientent nécessairement d'une activité à une autre. La quantification de ces risques et investissements complémentaires peut être difficile ex ante, mais une discussion de ce qu'ils sont ici aiderait le lecteur à évaluer leur importance probable par rapport aux avantages potentiels de l'intervention testée. Notez également que la mesure des dommages ex post peut être la raison exacte de l'étude, en particulier lorsque l'intervention est courante.

4. Préjudices potentiels causés aux participants à la recherche par la collecte de données (par exemple, sondages, confidentialité, gestion des données) ou les protocoles de recherche (par exemple, affectation aléatoire)

Les procédures de collecte de données et/ou de recherche respectent-elles la vie privée, la confidentialité, la gestion des risques et les protocoles de consentement éclairé en ce qui concerne les sujets humains ? Respectent-ils les normes communautaires, par exemple, le consentement de la communauté et non simplement le consentement individuel, le cas échéant ?

Exemple de sous-questions à considérer dans le cadre de la question générale : Y a-t-il des risques qui pourraient découler du processus de collecte ou de stockage des données, par exemple une gêne à se faire poser certaines questions ou une violation de la confidentialité ? Si oui, quelles sont les stratégies d'atténuation ? Y a-t-il des coûts pour le participant pour le processus de collecte de données, comme son temps, et si oui, quelle est la stratégie ou la justification pour compenser ce coût ? 

Étant donné que ce sont toutes des questions couvertes par la plupart des processus IRB, une explication suffisante pour une réponse « oui » peut être de fournir les numéros d'approbation IRB pour tous les IRB qui ont approuvé le projet. Cependant, s'il y a des questions particulières dont il est important de discuter, veuillez le faire ici.

5. Préjudices potentiels aux non-participants

L'intervention, la politique ou le produit étudié présente-t-il un danger potentiel pour les non-participants ? Dans le même ordre d'idées, les non-participants potentiellement affectés sont-ils particulièrement vulnérables ? Si oui à l'une ou l'autre, que fait-on pour atténuer ces risques ?

S'il existe des risques pour les non-participants, discutez des mécanismes par lesquels le risque découle de l'étude et fournissez une estimation de l'ampleur du risque et de la probabilité de préjudice. 

6. Préjudices potentiels au personnel de recherche

Y a-t-il des préjudices potentiels pour le personnel de recherche résultant de la collecte de données qui vont au-delà des risques « normaux » ?

Cela pourrait inclure, par exemple, l'exposition à la violence politique, l'exposition à des niveaux inhabituels d'une maladie transmissible, la méfiance due au manque perçu de consentement de la communauté ou le bien-être émotionnel résultant d'enquêtes sur des sujets difficiles. Cela n'inclurait pas, par exemple, les accidents de la circulation.

7. Rareté

(Pertinent uniquement pour les essais contrôlés randomisés) : L'inclusion de l'assignation aléatoire aux bras de traitement et/ou de contrôle a-t-elle entraîné une modification de la valeur globale attendue des programmes ou des produits fournis ? 

Une question éthique courante est de savoir si le groupe témoin aurait reçu un programme, un service ou un produit sans la recherche. Le plus souvent, la « rareté » est la réponse appropriée, que le budget et d'autres considérations non liées à la recherche sont les facteurs critiques limitant l'échelle, et en tant que telle, l'assignation aléatoire a simplement influencé qui a obtenu quel programme, service ou produit. Si tel est le cas, répondez « non » et si ce n'est pas le cas, expliquez-le ici.

8. Politique contrefactuelle

(Pertinent uniquement pour les essais contrôlés randomisés) : si la recherche n'avait pas été menée, la situation contrefactuelle qui se serait produite est-elle plutôt prévisible pour les participants que ce qu'ils ont réellement reçu dans l'un des bras de l'étude ?

Ceci est lié à la question de la « rareté » mais plus large. Par exemple, si les bras de traitement ont un coût équivalent, y en a-t-il un qui aurait été mis en œuvre partout, s'il n'y avait pas eu d'assignation aléatoire ? Plus généralement, avant la mise en œuvre, les chercheurs étaient-ils au courant de programmes, services ou politiques spécifiques qui auraient été mis en œuvre en l'absence de la recherche ? Si tel est le cas, une explication ici de ce qui se serait passé, du mieux que les chercheurs peuvent le deviner, et la valeur différentielle attendue (y compris les raisons de l'incertitude quant à l'attente) pour les participants de la politique abandonnée par rapport aux bras de traitement et de contrôle doivent être discutées ici .

9. Indépendance du chercheur

Y avait-il des limites contractuelles à la capacité des chercheurs de rapporter les résultats de l'étude ? Si oui, quelles étaient ces restrictions et de qui provenaient-elles ?

Cela pourrait inclure, par exemple, l'approbation de la publication du document et des restrictions sur la publication des données, mais n'inclut pas des éléments tels qu'une « période de commentaires » au cours de laquelle les parties intéressées ont le droit d'examiner et de fournir des commentaires avant la publication, mais pas de contrôler les résultats de l'étude.

10. Conflits d'intérêts financiers

L'un des chercheurs a-t-il des conflits d'intérêts financiers en ce qui concerne les résultats de la recherche ?

Nous définissons les conflits d'intérêts financiers comme ceux utilisés par les directives institutionnelles du chercheur (par exemple, son université).

11. Conflits d'intérêts liés à la réputation

Certains des chercheurs ont-ils des conflits d'intérêts potentiels liés à la réputation ? 

Nous définissons un conflit d'intérêts de réputation comme un conflit dans lequel des écrits ou des plaidoyers antérieurs pourraient être contredits par des résultats spécifiques poursuivis dans cette étude, et une telle contradiction poserait des risques de réputation à l'auteur.

12. Rétroaction aux participants ou aux communautés

Existe-t-il un plan pour fournir une rétroaction sur les résultats de la recherche aux participants ou aux communautés ? Si oui, quel est le plan ? Si non, pourquoi pas ?

S'engager dans la rétroaction post-étude est une façon de reconnaître l'agence des participants et des communautés, et est donc une pratique souhaitée. Cependant, cela peut ne pas être pratique en raison des coûts, du calendrier, des difficultés à communiquer les résultats ou des dommages potentiels si une telle communication peut elle-même modifier le comportement de manière indésirable.

13. Mauvaise utilisation prévisible des résultats de la recherche

Existe-t-il un risque prévisible et plausible que les résultats de la recherche soient mal utilisés et/ou délibérément mal interprétés par les parties intéressées au détriment d'autres parties intéressées ? Si oui, veuillez expliquer les efforts déployés pour atténuer ce risque.

14. Autres questions d'éthique à discuter

Y a-t-il d'autres problèmes à discuter ou des problèmes liés à une combinaison de ce qui précède ? Si oui, discutez-en ici.


 

12 novembre 2020