Acceptation du vaccin COVID-19 et hésitation dans les pays à revenu faible et intermédiaire

Acceptation du vaccin COVID-19 et hésitation dans les pays à revenu faible et intermédiaire

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstract

Alors que la vaccination contre la COVID-19 s’intensifie dans le monde entier, la compréhension des facteurs qui peuvent conduire les habitants des pays à revenu faible ou intermédiaire (PRFI) à rejeter la vaccination contre la COVID-19 est une préoccupation mondiale, car des retards dans la vaccination pourraient faciliter la propagation mondiale des variantes du virus. Les chercheurs ont interrogé près de 45,000 10 personnes dans 2020 PRFI, aux États-Unis et en Russie entre juin 2021 et janvier 80 sur l’acceptation des vaccins et les sources fiables de conseils en matière de vaccination. Ils ont constaté des niveaux élevés d’acceptation du vaccin dans les PRFI, avec un taux d’acceptation moyen de XNUMX % parmi les répondants, et l’autoprotection comme principale motivation. La principale préoccupation des personnes interrogées concernant les vaccins concerne les effets secondaires potentiels. Enfin, les agents de santé sont considérés comme les sources d’informations les plus fiables sur les vaccins. Les gouvernements peuvent améliorer les campagnes de vaccination en faisant appel à l’autoprotection et en s’associant avec les agents de santé pour promouvoir les messages de santé publique.

Question de politique

Des vaccins sûrs et efficaces contre le COVID-19 sont un outil essentiel pour contrôler la pandémie. À la suite d'essais cliniques, plusieurs vaccins ont été approuvés dans plusieurs pays et, depuis décembre 2020, ils sont distribués dans le monde entier. Malgré des gains dans les accords de partage et de don de vaccins, en juillet 2021, la distribution mondiale de vaccins reste très inégale, une grande partie de l'approvisionnement et de l'utilisation actuels dans les pays à revenu élevé.1

Si la distribution efficace et équitable des vaccins constitue une priorité politique clé, il est tout aussi important de garantir l'acceptation et l'adhésion de la population aux schémas vaccinaux. L’acceptation des vaccins et la confiance dans les institutions qui les administrent sont probablement la clé du succès de toute campagne de vaccination.2 Pour promouvoir efficacement la vaccination et concevoir des stratégies de messagerie, les décideurs et les prestataires de soins de santé doivent savoir si les gens sont prêts à se faire vacciner, les raisons pour lesquelles ils veulent ou ne veulent pas le faire et les facteurs qui influencent leur prise de décision.

Plusieurs études examinent la volonté des résidents des pays à revenu élevé de prendre un vaccin potentiel contre la COVID-19,+3 (4)XNUMX XNUMX Pourtant, on sait relativement peu de choses sur les taux d'acceptation dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, où réside la majorité de la population mondiale. Comprendre les facteurs qui peuvent amener les personnes vivant dans des pays à faible revenu à rejeter la vaccination contre la COVID-19 est une préoccupation mondiale, car un retard dans la vaccination dans les pays en développement pourrait faciliter la propagation de nouveaux variants du virus à d’autres pays et potentiellement retarder la reprise mondiale après la crise. pandémie. 

Contexte de l'évaluation

L’acceptation de la vaccination des enfants contre des maladies courantes – telles que la rougeole (MCV), le bacille de Calmette-Guérin (BCG) et la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC) – est généralement élevée dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, ce qui donne des raisons d’être optimiste. sur l’utilisation future des vaccins contre la COVID-19. Pourtant, les enquêtes existantes sur l’acceptation du vaccin contre la COVID-19 dans les pays à revenu élevé font état de grandes variations, tant entre les pays qu’au sein de ceux-ci, y compris dans les contextes où les taux de vaccination globaux sont élevés.5 Ces études mettent en évidence les inquiétudes concernant la sécurité des vaccins contre la COVID-19, et en particulier les inquiétudes concernant la rapidité de développement des vaccins, comme raisons d’hésitation dans les pays à revenus plus élevés. Des préoccupations similaires peuvent s’appliquer dans les contextes à revenus faibles et intermédiaires.

D’autres raisons d’hésitation peuvent apparaître plus clairement dans les contextes à faible revenu. Les taux de mortalité signalés par la COVID-19 ont été inférieurs dans bon nombre de ces pays à ceux des pays à revenus plus élevés, même si les tendances peuvent changer rapidement.6 Si les individus estiment à leur tour que le risque de maladie est moins grave, ils peuvent être moins enclins à accepter les risques perçus associés à la prise d'un vaccin récemment développé. Des études antérieures ont également mis en évidence des facteurs tels que les préoccupations concernant la qualité des soins de santé,7 expériences historiques négatives,8 faible soutien des chefs traditionnels,9 et la méfiance envers le gouvernement10 comme des obstacles à l'utilisation des soins de santé dans les pays à faible revenu. 

Pour comprendre les facteurs qui peuvent amener les habitants des pays à revenu faible et intermédiaire à rejeter la vaccination contre la COVID-19, les chercheurs ont développé et déployé un ensemble commun de questions dans 15 études en Afrique, en Asie du Sud et en Amérique latine : sept dans les pays à faible revenu (Burkina Faso, Mozambique, Rwanda, Sierra Leone, Ouganda), cinq dans des pays à revenu intermédiaire inférieur (Inde, Népal, Nigéria, Pakistan) et un dans un pays à revenu intermédiaire supérieur (Colombie). Les chercheurs ont comparé ces résultats à ceux de deux pays à la pointe de la recherche et du développement de vaccins, la Russie et les États-Unis.

Détails de l'intervention

Les chercheurs ont mené 15 études entre juin 2020 et janvier 2021 via des plateformes téléphoniques et en ligne. Les études variaient en termes de portée géographique, de méthodologie d’échantillonnage et de modalités d’enquête. Des études menées au Burkina Faso, en Colombie, au Rwanda et en Sierra Leone ont utilisé des échantillons représentatifs au niveau national de numéros de téléphone mobile actifs accessibles via la composition aléatoire (RDD). Des études aux États-Unis et en Russie ont été menées en ligne à l’aide d’échantillons de quotas obtenus auprès de sociétés d’enquête privées, et les huit études restantes ciblaient des populations infranationales. Ensemble, les études totalisent 44,260 20,176 répondants : 10 24,084 personnes provenant de XNUMX PRFI et XNUMX XNUMX des États-Unis et de Russie. 

Le principal critère de jugement des enquêtes était l’acceptation du vaccin. Les personnes interrogées qui ont répondu « oui » à l’idée de prendre un vaccin dès qu’il serait disponible ont ensuite été interrogées sur leurs principales motivations, par exemple si c’était pour se protéger ou protéger les autres, pour avoir pris le vaccin. Si les personnes interrogées disaient qu'elles ne seraient pas disposées à se faire vacciner, les chercheurs posaient une question pour comprendre les raisons pour lesquelles les personnes interrogées ne se faisaient pas vacciner. 

Enfin, quelle que soit la volonté exprimée par les répondants de se faire vacciner, les chercheurs ont posé des questions sur les acteurs et les institutions qui auraient une influence sur leur décision. Les chercheurs ont également recueilli des informations sur le sexe, l'âge et le niveau d'éducation des répondants pour évaluer la variation des réponses entre les groupes démographiques. En plus de produire des estimations au niveau des pays, les chercheurs ont combiné les données de toutes les études (autres que les États-Unis et la Russie) pour calculer une estimation agrégée pour tous les pays à revenu faible et intermédiaire. 

Résultats et enseignements politiques

Les chercheurs ont constaté des niveaux relativement élevés d'acceptation des vaccins dans les milieux à faible revenu, avec un taux d'acceptation moyen de 80 % dans les 10 pays. En outre, le taux d'acceptation dans chaque échantillon de pays à revenu faible ou intermédiaire était plus élevé qu'aux États-Unis (64.6 %) et en Russie (30.4 %). Des enquêtes auprès des ménages en Afrique (Burkina Faso, Mozambique, Nigéria, Rwanda, Sierra Leone, Ouganda), en Asie (Bangladesh, Inde, Népal, Pakistan) et en Amérique latine (Colombie) ont montré un taux d'acceptation du vaccin compris entre 66.5 pour cent (Burkina Faso) et 96.6 pour cent (Népal).

La raison la plus souvent invoquée pour justifier l'acceptation du vaccin était la protection personnelle contre l'infection au COVID-19, avec une moyenne de 91 pour cent des personnes interrogées dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, 94 pour cent aux États-Unis et 76 pour cent en Russie. Dans les milieux à faible revenu, les personnes ont déclaré être disposées à se faire vacciner contre la COVID-19 afin de protéger leur famille, bien qu’à des taux beaucoup plus faibles pour une moyenne de 36 pour cent des personnes interrogées. Par rapport à l’autoprotection, seulement 14 pour cent des personnes interrogées ont cité la protection de la communauté comme une raison importante invoquée pour se faire vacciner. Ces données suggèrent que les appels publics faisant la promotion des avantages de la vaccination pour le bien-être personnel pourraient être plus efficaces que ceux faisant la promotion des avantages pour le bien-être des autres. 

La raison la plus souvent exprimée pour expliquer la réticence à se faire vacciner dans les pays à faible revenu était la crainte d'effets secondaires, cité par une moyenne de 44 % des répondants des PRITI. Les répondants aux États-Unis (79 %) et en Russie (37 %) ont également exprimé cette préoccupation. 

Les agents de santé étaient considérés comme les sources d'information les plus fiables sur les vaccins COVID-19, comme l’ont indiqué en moyenne 48 pour cent des personnes interrogées dans les pays en développement. Le gouvernement (19 pour cent) et la famille ou les amis (17 pour cent) ont également été cités comme sources fiables. Ces résultats suggèrent que les programmes et campagnes de santé publique impliquant les agents de santé locaux peuvent être particulièrement efficaces pour encourager une vaccination complète et en temps opportun (deux doses) et persuader les personnes qui hésitent encore à se faire vacciner. 

Même si jusqu'à présent, la distribution mondiale de vaccins s'est fortement orientée vers les pays à revenu élevé, les résultats de l'étude suggèrent que donner la priorité à la distribution dans les PRFI pourrait être une stratégie plus efficace pour obtenir l'immunité à l'échelle mondiale et prévenir l'émergence de variants que de tenter de convaincre les pays à revenu élevé. des ruraux qui hésitent encore.

Une fois que la distribution des vaccins dans les PRITI commencera sérieusement, ces résultats suggèrent que les campagnes de vaccination devraient se concentrer sur la conversion des intentions positives en adoption, y compris par le biais d'investissements dans les «coups de pouce du dernier kilomètre». Recruter des agents de santé pour fournir des informations sur les vaccins, tirer parti des normes sociales pro-vaccins et des messages axés sur l'efficacité et la sécurité des vaccins peuvent être efficaces pour répondre à l'hésitation restante.

Liste complète des auteurs : Julio S. Solis Arce, Shana S. Warren, Niccolò F. Meriggi, Alexandra Scacco, Nina McMurry, Maarten Jan Voors, Georgiy Syunyaev, Amyn Abdul Malik, Samya Aboutajdine, Opeyemi Adeojo, Deborah Anigo, Alex Armand, Saher Asad, Martin Atyera, Britta Augsburg, Manisha Awasthi, Gloria Eden Ayesiga, Antonella Bancalari, Martina Björkman Nyqvist, Ekaterina Borisova, Constantin Manuel Bosancianu, Margarita Rosa Cabra García, Ali Cheema, Elliott Collins, Filippo Cuccaro, Ahsan Zia Farooqi, Tatheer Fatima, Mattia Fracchia, Mery Len Galindo Soria, Andrea Guariso, Ali Hasanain, Sofía Jaramillo, Sellu Kallon, Anthony Kamwesigye, Arjun Kharel, Sarah Kreps, Madison Levine, Rebecca Littman, Mohammad Malik, Gisele Manirabaruta, Jean Léodomir Habarimana Mfura, Fatoma Momoh, Alberto Mucauque, Imamo Mussa, Jean Aime Nsabimana, Isaac Obara, María Juliana Otálora, Wendemi Béchir Ouédraogo, Touba Bakary Pare, Melina R. Platas, Laura Polanco, Javaeria Ashraf Qureshi, Mariam Raheem, Vasudha Ramakr ishna, Ismail Rendrá, Taimur Shah, Sarene Eyla Shaked, Jacob N. Shapiro, Jakob Svensson, Ahsan Tariq, Achille Mignondo Tchibozo, Hamid Ali Tiwana, Bhartendu Trivedi, Corey Vernot, Pedro C. Vicente, Laurin B Weissinger, Basit Zafar, Baobao Zhang, Dean Karlan, Michael Callen, Matthieu Teachout, Macartan Humphreys, Ahmed Mushfiq Mobarak, Saad B. Omer

Sources

1. Unité de renseignement des économistes. Plus de 85 pays pauvres n'auront pas un accès généralisé aux vaccins contre le coronavirus avant 2023. L'économiste 2021.

2. Figueiredo A de, Simas C, Karafillakis E, Paterson P, Larson HJ. Cartographier les tendances mondiales en matière de confiance dans les vaccins et enquêter sur les obstacles à l'adoption des vaccins : une étude de modélisation temporelle rétrospective à grande échelle. The Lancet 2020; 396: 898-908.

3. Boyon N. Global attitudes on a COVID-19 vaccine: Ipsos survey for the World Economic Forum. Publié le 5 novembre 2020. https://www.ipsos.com/en/global-attitudes-covid-19-vaccine-october-2020.

4. Malik A, McFadden S, Elharake J, Omer S. Déterminants de l'acceptation du vaccin COVID-19 aux États-Unis. ECMédecine Clinique 2020 ; 26 : 100495.

5. Boyon N. Global attitudes on a COVID-19 vaccine: Ipsos survey for the World Economic Forum. Publié le 5 novembre 2020. https://www.ipsos.com/en/global-attitudes-covid-19-vaccine-october-2020.

6. Ritchie, Hannah, et al. "Pandémie de coronavirus (COVID-19)." Our World in Data, mars 2020. ourworldindata.org, https://ourworldindata.org/covid-deaths.

7. Christensen D, Dube O, Haushofer J, Siddiqi B, Voors M. Construire des systèmes de santé résilients : preuves expérimentales de la sierra leone et de l'épidémie d'ebola de 2014. Le Journal trimestriel d'économie, 2021.

8. Lowes SR, Montero E. L'héritage de la médecine coloniale en Afrique centrale. 2018.

9. Jegede AS. Qu'est-ce qui a conduit au boycott nigérian de la campagne de vaccination contre la poliomyélite ? PLOS Médecine 2007 ; 4(3).

10. Blair R, Morse B, Tsai L. Santé publique et confiance du public : données d'enquête sur l'épidémie de maladie à virus Ebola au Libéria. Sciences sociales et médecine 2017 ; 172 : 89–97.

16 juillet 2021