Prestation d'interventions fondées sur des données probantes en matière de santé mentale des jeunes par des enseignants en Sierra Leone

Prestation d'interventions fondées sur des données probantes en matière de santé mentale des jeunes par des enseignants en Sierra Leone

Photo principale
Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur
Formation YRI organisée par Caritas avec les enseignants.
Formation YRI que Caritas a organisée avec des enseignants ©Alethea Derosiers

En collaboration avec l'IPA Sierra Leone et Caritas Freetown, les chercheurs mènent une évaluation randomisée d'une intervention en santé mentale auprès des élèves du secondaire – comprenant une thérapie cognitivo-comportementale, une thérapie interpersonnelle et des techniques de pleine conscience – lorsqu'elle est mise en œuvre par des enseignants.

Sous-éditeur

Dans le monde, près de 15 pour cent des adolescents vivent avec des problèmes de santé mentale.1 Cette situation peut être exacerbée dans les contextes de conflit et d’après-conflit où des structures de soutien limitées peuvent exister, comme en Sierra Leone. Par exemple, l’écart en matière de traitement de santé mentale chez les jeunes de Sierra Leone (le pourcentage d’individus qui ont besoin de soins mais ne reçoivent pas de traitement) dépasse 99 pour cent.2 Cela peut avoir des conséquences négatives importantes à l’avenir, notamment une exposition accrue à la pauvreté.3

Une intervention en matière de santé mentale des jeunes qui a déjà été mise en œuvre en Sierra Leone est la Youth Readiness Intervention (YRI). L'YRI a été culturellement développé en Sierra Leone et intègre des aspects de la thérapie cognitivo-comportementale, de la thérapie interpersonnelle et des techniques de pleine conscience pour améliorer la régulation des émotions, les compétences interpersonnelles et les capacités de résolution de problèmes. Il a été démontré que l'YRI améliore la santé mentale et la persévérance scolaire auparavant et que des agents de santé non experts peuvent le mettre en œuvre. Toutefois, compte tenu des infrastructures sanitaires limitées de la Sierra Leone, cela peut constituer un défi pour la durabilité du programme. Des données probantes provenant de toute l'Afrique subsaharienne suggèrent que la participation des enseignants à la prestation d'interventions en matière de santé mentale peut conduire à de meilleurs résultats pour les élèves.4 Les enseignants peuvent-ils dispenser une YRI de qualité et est-ce réalisable à grande échelle ?

Un chercheur de l'Université Brown et des chercheurs collaborateurs* se sont associés à l'IPA Sierra Leone et à Caritas Freetown, une ONG catholique de développement communautaire, pour mener une évaluation randomisée afin de mesurer si les enseignants peuvent dispenser efficacement l'YRI dans les écoles secondaires. Ils testent également une stratégie de supervision basée sur le téléphone mobile pour soutenir la qualité de la prestation. Les enseignants ont suivi deux semaines de formation YRI, qui consistaient en des jeux de rôle, de la didactique, de la pratique directe avec le manuel YRI et des discussions de groupe. Les experts de YRI basés à Caritas Freetown assurent la supervision des enseignants en personne ou via l'application mobile mHealth intégrée à WhatsApp pendant qu'ils mènent l'intervention.

Au total, 50 écoles secondaires rurales et urbaines (1,200 20 élèves) de la région occidentale de la Sierra Leone ont été assignées au hasard soit pour recevoir l'intervention YRI avec la supervision d'un enseignant par téléphone portable (20 écoles) ; l'intervention YRI avec supervision d'enseignants en personne (10 écoles) ; ou servir de groupe de comparaison et recevoir l'intervention YRI une fois l'étude terminée (XNUMX écoles). Les chercheurs mesureront la faisabilité, le coût d'acceptabilité et la fidélité à l'YRI parmi les enseignants bénéficiant d'une supervision mobile par rapport à ceux bénéficiant d'une supervision standard en personne ; l'impact de la participation à l'YRI sur la santé mentale et les résultats scolaires des étudiants ; et les facteurs influençant la durabilité de l'intervention auprès des écoles de Sierra Leone.

Les résultats seront disponibles au cours de la dernière année du projet début 2027.

* Chercheurs collaborateurs : Theresa S. Betancourt, Bidemi Carrol, Alethea Desrosiers, Walker Higgins, Fatoma Momoh, Diana Bowser, Cara Antonaccio

Sources

1. Organisation mondiale de la santé, « Santé mentale des adolescents », Organisation mondiale de la santé, 17 novembre 2021, https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/adolescent-mental-health

2. Yoder, Hélène NC, Wietse A. Tol, Ria Reis et Joop TVM de Jong. "Santé mentale des enfants en Sierra Leone : une enquête et une étude qualitative exploratoire." Revue internationale des systèmes de santé mentale 10, non. 1 (2016) : 1-13.

3. Rathod, Shanaya, Narsimha Pinninti, Muhammed Irfan, Paul Gorczynski, Pranay Rathod, Lina Gega et Farooq Naeem. "Prestation de services de santé mentale dans les pays à revenu faible et intermédiaire." Aperçu des services de santé 10 (2017) : 1178632917694350.

4. McMullen, John D. et Nadia McMullen. "Évaluation d'une intervention sur les compétences de vie dirigée par un enseignant auprès des élèves du secondaire en Ouganda." Sciences sociales et médecine 217 (2018) : 10-17.

McMullen, John, Paul O'callaghan, Ciaran Shannon, Alastair Black et John Eakin. "Thérapie cognitivo-comportementale de groupe axée sur les traumatismes avec d'anciens enfants soldats et d'autres garçons touchés par la guerre en RD Congo : un essai contrôlé randomisé." Journal de psychologie et de psychiatrie de l'enfant 54, non. 11 (2013) : 1231-1241.

Sous-éditeur

Partenaire de recherche

Bloc flexible CB30
Bloc répéteur donneur
Logo marron
Université Brown
Sous-éditeur

Partenaire de mise en œuvre

Bloc répéteur donneur
Logo Caritas
Caritas Freetown