Déséconomies d’échelle : la mise à l’échelle des interventions éducatives coûte-t-elle plus cher que nous le pensons ?

Déséconomies d’échelle : la mise à l’échelle des interventions éducatives coûte-t-elle plus cher que nous le pensons ?

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Ceci est un blog collaboratif de Sarah Kabay, directeur de l'IPA Programme du secteur de l'éducationet Joseph DeStefano, directeur principal, Politiques, systèmes et gouvernance chez RTI International. Ils partagent quelques réflexions sur les raisons pour lesquelles les coûts pourraient augmenter lors de l’extension des programmes éducatifs. Cette pièce est également publiée sur le Blogue RTI.

Sous-éditeur
Étudiants participant à des activités en classe au Ghana (IPA / © 2013 Stella Benezra)
Étudiants participant à des activités en classe au Ghana (IPA / © 2013 Stella Benezra)
Sous-éditeur

De nombreux acteurs de l’éducation mondiale s’intéressent à la manière d’étendre des interventions efficaces, mais pourrions-nous tous fonctionner sur la base d’une idée fausse sur les coûts ? Que ce soit implicitement ou explicitement, nous avons tendance à supposer que les coûts par unité (tels que les coûts par école ou par enfant) diminueront à mesure que l’intervention s’étendra. Les économies d’échelle – ou l’avantage de coût qui peut être obtenu à un niveau opérationnel plus large – sont un concept populaire et pratique, et peut être vrai pour certaines interventions. Cependant, il existe de multiples raisons pour lesquelles le coût unitaire d’une intervention éducative peut être plus élevé lorsqu’elle est appliquée à grande échelle.

La difficulté de produire les mêmes résultats à grande échelle que lors d’une phase pilote vient en partie du fait que les interventions éducatives sont souvent réduites à une mise en œuvre à grande échelle. Après une première étude, la première conversation sur l’échelle semble se concentrer sur les parties d’une intervention qui peuvent être réalisées à moindre coût. Nous nous demandons : « Avons-nous vraiment besoin de deux cycles de formation ? », « Cette formation de cinq jours peut-elle être complétée en trois jours ? ». En conséquence, l’impact à grande échelle peut être bien moindre que ce qui a été constaté dans des études initiales de plus petite envergure. Il est important de se demander ce qui a été mis en œuvre à grande échelle et comment cela se compare à ce qui a été mis en œuvre dans des études antérieures.

La recherche sur les programmes pédagogiques structurés, l'une des interventions éducatives les plus étudiées et les plus largement mises en œuvre, révèle que les impacts sont moindres mais que les coûts par unité diminuent avec l'échelle de ces programmes (Sandéfur, 2023). L’argument est qu’il existe de nombreux coûts fixes, comme le développement des matériaux, qui créent des économies d’échelle. Cependant, d’autres dynamiques pourraient être en jeu, susceptibles de conduire à des déséconomies d’échelle opposées, dans lesquelles les coûts unitaires pourraient augmenter pour une mise en œuvre à grande échelle.

Il existe au moins trois raisons pour lesquelles les coûts unitaires d’une intervention éducative peuvent augmenter entre une phase initiale de validation de principe et une mise en œuvre à grande échelle.

La mise en œuvre d’une intervention à grande échelle nécessite un engagement de plus en plus varié avec un système éducatif. Lorsque vous mettez en œuvre un programme dans 300 ou 400 écoles, vous pouvez souvent collaborer directement avec les écoles et éventuellement avec une ou deux unités administratives. Le travail peut se concentrer presque exclusivement sur ce qui est nécessaire pour mettre en œuvre avec succès l’intervention.

Travailler avec des milliers d’écoles implique davantage d’unités administratives et de niveaux de gouvernement, et le travail doit tenir compte des implications systémiques autant que de l’intervention elle-même. Informer et impliquer plusieurs niveaux du système et des départements, déterminer les rôles et les responsabilités et anticiper la manière dont d'autres aspects du système seront affectés sont autant d'éléments importants et souvent chronophages pour passer à l'échelle. Naviguer dans la politique, les autres interventions et acteurs, et les priorités concurrentes, tout cela devient de plus en plus complexe à mesure que vous évoluez.

Il faudra peut-être remédier aux contraintes en matière de personnel et d'autres ressources humaines.. Il n’y a qu’un nombre limité de dirigeants et de gestionnaires compétents ou expérimentés dans un système éducatif. Le nombre de personnes possédant l’expertise nécessaire pour devenir maîtres formateurs, par exemple, peut constituer une contrainte majeure. Lorsqu’on opère à grande échelle, il est souvent nécessaire de faire appel à des personnes moins compétentes et moins expérimentées pour diriger et gérer les activités clés, ce qui crée le besoin de contrôles de qualité supplémentaires, de renforcement et d’activités supplémentaires. En bref, le besoin d’un plus grand nombre de personnes possédant différents niveaux de compétences peut augmenter le coût de la mise en œuvre à grande échelle.

Les problèmes affectant les étudiants, les enseignants et les écoles deviennent plus diversifiés à mesure que vous évoluez. Vous rencontrez des obstacles et des défis de plus en plus nombreux et différents au sein d’une population plus large, ce qui nécessite plus de flexibilité, d’adaptation et de réactivité. Il est difficile d'anticiper tous les problèmes qui surgiront avec l'échelle, mais qu'il s'agisse d'une plus grande diversité linguistique, de contextes urbains ou ruraux ou d'une plus grande exposition aux chocs tels que les événements météorologiques, le processus d'échelle introduit souvent des éléments et des facteurs que l'on peut ignorer. n’a pas eu à naviguer dans des projets à plus petite échelle.

Pour chacune de ces trois raisons, une préoccupation majeure est celle de l’équité. La mise en œuvre initiale d’une intervention a rarement lieu dans la région la plus reculée ou la plus défavorisée d’un pays, ou auprès des populations les plus marginalisées ou vulnérables. L'attention portée à l'équité est un facteur clé des coûts à grande échelle, qu'il s'agisse de répondre aux contraintes d'un bureau d'éducation de district manquant de ressources, de planifier la manière dont les écoles ayant des postes d'enseignants vacants peuvent mettre en œuvre avec succès le programme, ou encore d'anticiper les besoins des élèves souffrant d'absentéisme chronique. Faire face à ces problèmes à un niveau systémique – en planifiant les défis anticipés et inattendus – nécessite des ressources.

L’utilisation de l’expression « dernier kilomètre » dans la mise en œuvre suggère que la mise à l’échelle d’une intervention se déroulera sans problème jusqu’à la dernière étape, alors que l’ensemble du processus peut souvent être assez cahoteux. Nous avons besoin de plus de langage et de conversations sur les défis et la complexité de la mise à l’échelle des interventions éducatives. Le dialogue actuel semble souvent limité par une vision quelque peu arbitraire du type de financement possible, et la mise en œuvre doit alors se dérouler dans le cadre de ces contraintes. Les budgets sont limités, mais l’impact à grande échelle que nous observons est probablement limité par le sous-investissement dans les questions soulevées ici, même dans les cas où une quantité importante de ressources est injectée dans un système éducatif. Une expansion plus lente à grande échelle avec un financement suffisant pour garantir la qualité et l’équité et relever les défis que présente l’échelle pourrait être une voie importante pour améliorer de manière significative les résultats d’apprentissage à grande échelle.