L'impact de l'exportation : résultats d'une expérience randomisée en Égypte

L'impact de l'exportation : résultats d'une expérience randomisée en Égypte

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Résumé des principaux résultats

Les fabricants de tapis égyptiens qui se sont vu offrir la possibilité d'exporter ont déclaré des bénéfices supérieurs de 15 à 25 % à ceux des entreprises qui n'avaient pas reçu de contrats d'exportation. Les entreprises exportatrices ont également affiché des améliorations progressives de la qualité de la production, indiquant que grâce aux entreprises exportatrices, les propriétaires de petites entreprises peuvent acquérir de nouvelles compétences et techniques et devenir plus productifs.

Abstrait

Les petites et moyennes entreprises (PME) sont souvent des éléments importants des économies des pays en développement, mais de nombreux programmes conçus pour stimuler leur croissance ont échoué. En Égypte, des chercheurs ont offert à de petits fabricants de tapis la possibilité d'exporter vers des pays à revenu élevé. Ils ont constaté que les opportunités d'exportation offertes aux PME augmentaient à la fois leurs bénéfices et la qualité de leurs produits par rapport aux entreprises d'un groupe de comparaison.

Question de politique

Dans les pays en développement, les petites et moyennes entreprises (PME) emploient souvent une part importante de la population 1 et bon nombre de ces entreprises participent à des programmes de facilitation des échanges parrainés par le gouvernement2. Ces initiatives sont fondées sur l'hypothèse que l'augmentation des possibilités d'exportation stimulera la croissance et la productivité des PME. Actuellement, cependant, il y a un manque de preuves rigoureuses évaluant si et comment l'accès aux marchés d'exportation a un impact sur les PME. Les réponses à ces questions pourraient aider les gouvernements et les organisations donatrices à adapter des politiques et des programmes spécifiques pour améliorer les économies locales.

Contexte de l'évaluation

Les chercheurs ont mené une évaluation aléatoire à Fowa, une ville égyptienne périurbaine de 65,000 3,600 habitants. Fowa est connue pour son « groupe de tapis » composé de centaines de petites entreprises textiles. Ces entreprises se composaient généralement d'un seul propriétaire qui opérait à partir d'un espace loué ou de sa maison et employait généralement une à quatre personnes utilisant des métiers à main. Le revenu moyen par habitant dans la région était de 6,500 XNUMX USD (ajusté en fonction de la PPA) au moment de l'étude, soit moins de la moitié de la moyenne nationale égyptienne de XNUMX XNUMX USD. Les chercheurs ont concentré leur évaluation sur les PME de moins de cinq employés, dont la majorité n'avaient pas sciemment exporté dans le passé.
 
Pour atteindre ces PME, les chercheurs se sont associés à Aid to Artisan (ATA), une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis qui trouve des petits producteurs prometteurs dans les pays en développement et favorise les relations commerciales entre eux et les marchés à revenu élevé de l'OCDE.

Détails de l'intervention

En partenariat avec l'ATA, les chercheurs ont mené une évaluation aléatoire pour tester l'effet de l'accès aux opportunités d'exportation pour les PME productrices de tapis à Fowa. 
 
Au départ, les chercheurs ont interrogé 219 PME sur leurs techniques de production, les niveaux de qualité des produits, les caractéristiques des propriétaires et les indicateurs des ménages. Sur ces 219 entreprises, les chercheurs en ont sélectionné 74 au hasard pour servir de groupe de traitement. ATA a offert à ces PME la possibilité de produire des commandes à livrer aux détaillants américains et européens. Bien que la première commande ait été attribuée au hasard, les commandes suivantes ont été laissées à un intermédiaire de l'industrie locale et aux acheteurs, qui pouvaient en commander d'autres s'ils le souhaitaient. Les 145 PME restantes ont servi de groupe de comparaison et n'ont pas eu accès aux opportunités d'exportation.
 
Pour toutes les PME, les chercheurs ont mené des enquêtes périodiques pour évaluer l'évolution des bénéfices, de la productivité et des revenus des tisserands sur plusieurs années. Pour observer toute amélioration de la qualité, un maître artisan a également visité les ateliers et classé leurs tapis sur 11 caractéristiques. Les chercheurs ont également enregistré les commentaires des clients et des intermédiaires et, à la fin de l'étude, ont mis en place un «laboratoire de qualité» dans un atelier loué où ils ont invité les tisserands participants à tisser un tapis en utilisant des matériaux standard et un métier à tisser commun, qui ont ensuite été évalués de manière anonyme par spécialistes de la confection de tapis. 

Résultats et enseignements politiques

Bénéfices et productivité : Parmi les PME qui ont eu la possibilité d'exporter, les bénéfices d'exploitation ont augmenté de 16 à 26 % par rapport aux entreprises du groupe témoin. Les tapis de qualité supérieure demandés par les détaillants étrangers étaient plus chers et plus longs à fabriquer, mais l'augmentation du prix d'achat qui en résultait était plus que suffisante pour compenser une production plus coûteuse. Cette augmentation des bénéfices s'est donc accompagnée d'une augmentation de la qualité, ainsi que d'une baisse de la production par heure. 

Apprendre en exportant : Les preuves de cette évaluation suggèrent que les améliorations de la qualité peuvent avoir été le résultat d'un « apprentissage par l'exportation ». Lorsque les premières commandes sont arrivées, la productivité a diminué, mais a ensuite augmenté régulièrement à mesure que la production se poursuivait. Dans le « laboratoire de qualité » des chercheurs, la qualité des tapis produits par les PME du groupe de traitement était supérieure dans toutes les dimensions mesurées. De plus, les journaux de bord de communication ont confirmé que la plupart des améliorations ont eu lieu selon des dimensions discutées entre acheteurs et vendeurs, suggérant que les commentaires étaient un canal d'amélioration important.

Les augmentations de profit, de qualité et de productivité dans cette étude sont généralement beaucoup plus importantes que les résultats correspondants de l'accès au microcrédit ou des programmes de formation commerciale. Cela suggère que l'amélioration de l'accès au marché peut être relativement plus importante pour la croissance des PME dans les pays en développement.

Sources

  1. IFC : Accroître l'accès des PME aux services financiers dans le monde en développement 2010
  2. Cadot, Olivier, et al. 2011. « Évaluation de l'impact de l'aide au commerce : ouvrir la voie ». Où dépenser le prochain million ?
  3. Melitz, Marc J. 2008. « Commerce international et firmes hétérogènes ». Nouveau dictionnaire Palgrave d'économie.
  4. Clerides, Sofronis K., Saul Lach et James R. Tybout. 1998. « L'apprentissage par l'exportation est-il important ? Preuves micro-dynamiques de la Colombie, du Mexique et du Maroc. Le Journal trimestriel d'économie 113.3: 903-947.
  5. Bernard, Andrew B., et J. Bradford Jensen. 1999. "Performance exceptionnelle des exportateurs : cause, effet ou les deux ?". Revue d'économie internationale 47.1: 1-25.
08 juin 2015