L'impact d'une campagne médiatique de planification familiale au Burkina Faso

L'impact d'une campagne médiatique de planification familiale au Burkina Faso

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Une campagne radiophonique pour les normes de genre et la planification familiale. © 2017 IPA

Dans cette image Une campagne radiophonique pour les normes de genre et la planification familiale. © 2017 IPA

Abstrait

Bien que la capacité à contrôler la fécondité soit associée à de nombreux avantages, les normes sociales et la désinformation peuvent décourager l'utilisation de la contraception dans de nombreux pays. Les chercheurs ont utilisé une évaluation randomisée couvrant cinq millions de personnes au Burkina Faso, pour examiner l'impact à la fois de l'exposition générale aux médias de masse et d'une campagne intensive de planification familiale fondée sur des preuves sur l'utilisation de la contraception. L'augmentation de l'exposition aux médias généraux a réduit l'utilisation de la contraception dans ce contexte. Ce résultat est cohérent avec un mécanisme par lequel les médias de masse créent une pression pour se conformer au comportement de l'auditeur type qui, dans ce cas, n'utilise pas de contraception. Cependant, une campagne radiophonique de haute qualité sur la planification familiale a compensé l'effet négatif des médias de masse généraux et l'augmentation de l'utilisation de la contraception, la baisse des naissances et les idées fausses sur la contraception, et l'augmentation du bien-être rapporté. 

Question de politique

Une fécondité élevée et un court espacement entre les naissances sont tous deux associés à de mauvais résultats en matière de santé et de bien-être pour les femmes. De nombreuses femmes signalent un écart de contraception : les femmes disent qu'elles aimeraient avoir un plus grand contrôle sur le nombre et le moment des naissances, mais elles n'utilisent pas de contraception. Les raisons de cet écart pourraient inclure la désinformation sur les méthodes contraceptives, les différences dans les préférences de fécondité entre les hommes et les femmes, les normes de genre ou les difficultés d'accès à la contraception.    

Des interventions sont nécessaires pour aider les femmes à atteindre la fécondité souhaitée tout en étant peu coûteuses, faciles à mettre à l'échelle et à action rapide Une stratégie potentielle consiste à tirer parti des médias de masse, qui ont le potentiel de fournir des informations utiles sur les avantages de la planification familiale et d'influencer les normes sociales autour de l'adoption de la contraception. Cependant, il est difficile de mesurer rigoureusement l'impact des médias de masse, et les preuves sont limitées, en particulier sur deux questions clés : quel est l'impact de l'exposition générale aux médias de masse sur l'utilisation de la contraception ? Et les médias de masse peuvent-ils être utilisés pour diffuser des campagnes de planification familiale et accroître l'utilisation de la contraception ?

Contexte de l'évaluation

En 2021, près de 20 % des femmes en âge de procréer (âgées de 15 à 49 ans) en Afrique subsaharienne souhaitaient arrêter ou retarder la procréation, mais n'utilisaient pas de méthodes modernes de contraception telles que les préservatifs féminins et masculins, les implants, les injectables ou les pilules. .1 Au Burkina Faso, 28 % des femmes en âge de procréer utilisaient des méthodes modernes de contraception, et 22 % des femmes ont déclaré que leur naissance récente ou leur grossesse actuelle n'était pas souhaitée en 2022.2 Les obstacles à l'adoption de la contraception peuvent inclure un manque d'informations sur les méthodes modernes disponibles et les avantages sanitaires et économiques du contrôle de la fertilité, les préoccupations concernant les effets secondaires et les idées fausses sur l'infertilité causées par les contraceptifs modernes. Les attitudes sexistes et les problèmes de négociation au sein du ménage sont probablement d'autres obstacles à l'utilisation de la contraception : la plupart des femmes des zones rurales déclarent n'avoir jamais discuté de la contraception avec leur mari et, en même temps, beaucoup déclarent qu'il est approprié pour une femme de cacher l'utilisation de la contraception à son mari. 

Les stations de radio locales diffusant dans les langues locales dominent l'environnement médiatique du Burkina Faso, faisant de la radio l'un des meilleurs moyens d'atteindre un grand nombre de femmes. Dans cette étude, les chercheurs se sont associés à Development Media International (DMI), une organisation qui organise des campagnes télévisées, vidéo mobiles et radiophoniques pour modifier les comportements afin d'améliorer la santé et de sauver des vies.

Détails de l'intervention

Les chercheurs ont mené une évaluation randomisée pour tester l'impact à la fois de l'exposition générale aux médias de masse et d'une campagne intensive de planification familiale sur la contraception. 

Pour mesurer l'impact de l'augmentation de l'exposition aux médias de masse en général, les chercheurs ont distribué des radios solaires à 1,550 1,400 femmes dans 16 1,343 ménages sélectionnés au hasard qui n'avaient pas de radio au départ. Pour mesurer l'impact de la campagne radio, les chercheurs ont réparti au hasard XNUMX stations de radio communautaires entre un groupe d'intervention (huit stations) où la campagne médiatique a eu lieu et un groupe témoin (huit stations) où la programmation régulière s'est poursuivie. Sur les XNUMX XNUMX ménages qui n'avaient pas de radio au départ dans les zones de campagne, la moitié recevait des radios pour toutes les femmes de ces ménages. Cette conception a permis aux chercheurs de mesurer d'abord l'impact de l'augmentation de l'exposition aux médias de masse dans les zones où la programmation régulière se poursuivait comme d'habitude pour les ménages sans radio au départ. Il a également fourni deux méthodes différentes pour mesurer l'impact de la campagne radio de DMI : en comparant les femmes qui ont reçu une radio aux femmes qui n'en ont pas dans les zones de campagne, et en comparant toutes les femmes vivant dans les zones de campagne avec celles des zones hors campagne. 

La campagne, mise en œuvre par Development Media International (DMI), visait à accroître la connaissance et l'acceptabilité des contraceptifs ainsi qu'à lutter contre les idées fausses sur les avantages et les risques d'une fécondité élevée grâce à des spots radio de 90 secondes diffusés dix fois par jour et trois appels téléphoniques d'une heure. -dans les programmes par semaine. Les principaux thèmes de la campagne comprenaient les avantages pour la santé de retarder les premières grossesses, d'augmenter l'intervalle de temps entre les grossesses et de réduire le nombre total d'enfants par femme, ainsi que de fournir des informations sur les différents types de méthodes contraceptives modernes sûres et de discuter des avantages de la famille planifier la santé et le bien-être financier de la famille. La campagne a duré deux ans et demi et a été conçue pour suivre les leçons de la science comportementale : rendre les questions de planification familiale très importantes, combler les lacunes d'information identifiées et être divertissantes. La campagne a remplacé 17 % des heures de pointe d'écoute des radios par du nouveau contenu (souvent présenté par des femmes). 

Pour évaluer l'impact sur l'utilisation des contraceptifs, les perceptions de la planification familiale et les normes générales de genre, les chercheurs ont recueilli des données d'enquête auprès de 7,500 15 femmes en âge de procréer (49-461 ans) et XNUMX cliniques ainsi que des journaux de stations de radio. Ils ont également recueilli des données administratives mensuelles du ministère de la Santé sur le nombre de contraceptifs distribués par toutes les cliniques situées dans les zones de diffusion des stations de radio de l'étude.

L'une des préoccupations initiales concernant la campagne de planification familiale était le risque d'augmentation potentielle de la violence domestique pour les femmes qui n'étaient pas d'accord avec leur mari sur la décision de contraception. Pour surveiller ce risque, les chercheurs ont recueilli des données sur la violence domestique afin de vérifier que la campagne n'a eu aucun effet sur ce résultat. DMI a également mené des recherches formatives intensives pendant la mise en œuvre de la campagne et n'a trouvé aucune preuve que la prévalence de la violence domestique ait augmenté en raison de la campagne.

Résultats et enseignements politiques

Les chercheurs ont trouvé des preuves que l'augmentation de l'exposition aux médias de masse du statu quo réduisait l'utilisation de la contraception dans ce contexte. Cependant, ils ont montré que cet effet négatif des médias de masse peut être compensé par une campagne de santé publique médiatique de grande qualité basée sur les leçons des sciences du comportement. La campagne, menée à grande échelle, a efficacement contesté les idées fausses sur la contraception et l'augmentation de l'utilisation de la contraception moderne.      

Utilisation des radios: Les femmes dans les zones de campagne et de statu quo qui ont reçu des radios ont déclaré avoir écouté la radio pendant une heure supplémentaire par semaine par rapport aux femmes qui n'ont pas reçu de radio. Cela équivaut à environ doubler leur exposition aux médias de masse.

Utilisation des contraceptifs: La réception d'une radio dans les zones de statu quo a entraîné une diminution du taux de prévalence de la contraception moderne (TPCm) de 5.2 points de pourcentage (une diminution de 16 %) par rapport aux femmes qui n'ont pas reçu de radio.3 Cet impact négatif est cohérent avec un mécanisme par lequel les médias de masse rendent plus saillant et créent une pression pour se conformer au comportement de l'auditeur typique de la communauté qui, dans ce contexte, n'utilise pas de contraception.

Les femmes qui vivaient dans les zones de la campagne radiophonique intensive et qui recevaient une radio étaient 5.8 points de pourcentage (une augmentation de 17.5 %) plus susceptibles d'adopter une méthode contraceptive moderne par rapport aux femmes qui ne recevaient pas de radio dans les mêmes zones, ce qui suggère que la campagne intensive a surmonté les impacts négatifs du statu quo des médias de masse. De plus, la campagne médiatique a augmenté le mCPR pour toutes les femmes dans la zone de campagne de 5.9 points de pourcentage (une augmentation de 20 %) par rapport au mCPR de 29.5 % dans les zones de comparaison. L'augmentation du TPCm dans les zones de campagne peut être attribuable à une meilleure connaissance de la contraception et à une diminution des idées fausses sur ses effets secondaires. Par exemple, les femmes dans les zones de campagne étaient 9 points de pourcentage moins susceptibles (une diminution de 35 %) de dire que les méthodes contraceptives modernes peuvent rendre une femme stérile. 

Croyances sur la contraception et les normes de genre: Les femmes dans les zones de campagne étaient 7.8 points de pourcentage plus susceptibles (une augmentation de 14 % par rapport à 54.7 % des femmes du groupe de comparaison) de dire que les femmes devraient contrôler les décisions de fécondité reflétant une amélioration des attitudes envers la planification familiale.     

Distribution des contraceptifs par les cliniques: Les données administratives des cliniques situées dans les zones d'étude ont montré des résultats très cohérents avec les données d'enquête autodéclarées. Les cliniques situées dans un rayon de 50 kilomètres des stations de radio de la campagne avaient 32 % de consultations de planification familiale en plus et distribuaient 11 % de plus d'injectables et 21 % de plus de pilules que les cliniques des zones de statu quo. 

Les chercheurs ont constaté que la campagne médiatique de masse avait le plus d'impact parmi les femmes qui, avant le début de la campagne, utilisaient déjà la contraception, signalaient des besoins non satisfaits et avaient plus d'informations et des attitudes positives à l'égard de la planification familiale. De plus, la campagne semblait à la fois rentable et évolutive. Les chercheurs ont estimé que 37,000 42.5 femmes de plus utilisaient la contraception moderne à la suite de la campagne, ce qui suggère un coût annuel de 4 USD par femme supplémentaire.XNUMX 

En réponse aux conclusions de l'étude, la campagne médiatique de masse a été étendue en janvier 2019 par DMI à 39 stations de radio, une augmentation par rapport à huit dans l'étude pilote, atteignant 80 % de la population du Burkina Faso. Selon des hypothèses raisonnables, les chercheurs estiment que l'extension nationale de la campagne a conduit 225,000 7.70 femmes supplémentaires à utiliser la contraception à un coût de XNUMX USD par femme supplémentaire utilisant la contraception chaque année.

DMI a également intensifié la diffusion de campagnes de promotion de la contraception dans plusieurs pays, dont l'Éthiopie, Madagascar, le Malawi, le Mozambique, la Tanzanie, l'Ouganda et la Zambie. D'autres ONG ont adopté l'approche de DMI et mènent des campagnes radio dans d'autres contextes.

Sources

Glennerster, Rachel, Joanna Murray et Victor Pouliquen. "Médias, pression sociale et lutte contre la désinformation : preuves expérimentales sur les médias de masse et l'utilisation de la contraception au Burkina Faso." Document de travail, février 2023.

15 mai 2023