L'impact des ligues de football interreligieuses sur la cohésion sociale dans l'Irak post-ISIS

L'impact des ligues de football interreligieuses sur la cohésion sociale dans l'Irak post-ISIS

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstrait

Alors que les conflits déplacent de force des millions de personnes, les liens sociaux et la confiance entre les groupes peuvent se désintégrer et être difficiles à reconstruire après la fin de la violence. Un contact intergroupe positif et coopératif a le potentiel de réduire les préjugés et d'améliorer les relations avec les membres de l'exogroupe. Les chercheurs ont évalué l'impact des équipes de football mixtes chrétiennes-musulmanes sur la cohésion sociale et les interactions entre ces groupes dans une zone d'Irak touchée par l'EI. Les résultats indiquent que les chrétiens qui ont joué dans des équipes mixtes ont démontré une plus grande probabilité de s'engager avec des coéquipiers musulmans après la fin de la ligue. Cependant, l'intervention n'a pas amélioré leur tolérance globale envers la communauté musulmane.

Question de politique

En 2015, il y avait environ 65 millions de réfugiés et de personnes déplacées dans le monde.1  Alors que le conflit déplace de force des millions de personnes, les liens sociaux et la confiance entre les groupes peuvent se désintégrer et être difficiles à reconstruire après la fin de la violence. Dans de tels contextes, la reconstruction de la coexistence après la guerre a été un objectif politique clé pour parvenir à une paix durable. Des recherches antérieures suggèrent que les organisations civiques transversales, comme les équipes sportives ou les syndicats, où la coopération est mutuellement bénéfique, peuvent renforcer la confiance sociale entre des groupes en conflit. 

Un autre programme de recherche suggère que le contact social coopératif d'équipes ou de projets comme celui-ci peut réduire l'anxiété vis-à-vis de l'autre groupe, améliorer la tolérance des individus envers les membres d'un groupe en conflit et réduire les préjugés. À son tour, cela peut augmenter les contacts intergroupes dans d'autres activités, où les avantages mutuels peuvent être moins importants. Cependant, il existe peu de preuves rigoureuses sur la manière de renforcer durablement la cohésion sociale entre les groupes, en particulier dans les zones touchées par un conflit. Les preuves sur la mesure dans laquelle cette tolérance peut s'étendre en dehors de l'intervention, ou se propager à d'autres membres de la communauté, sont également rares. Une intervention qui favorise la coopération entre groupes peut-elle améliorer les relations intergroupes dans les communautés post-conflit ?

Contexte de l'évaluation

En juin 2014, l'État islamique d'Irak (ISIS) a commis des atrocités de masse contre les minorités dans la ville de Mossoul, déplaçant 100,000 2016 chrétiens vers le Kurdistan irakien en quelques jours. De retour chez eux, entre 2018 et 36, les chrétiens ont trouvé leurs villes en ruine : parmi les personnes interrogées pour cette évaluation, XNUMX % ont vu leur maison détruite. De nombreux chrétiens pensent que leurs voisins musulmans ont été complices des raids de l'EI. Cette croyance a contribué à une méfiance intense, à la peur de rentrer chez eux même dans les zones libérées, au soutien des milices d'autodéfense locales et à la possibilité de conflits futurs. Cette méfiance s'étend aux musulmans eux-mêmes ciblés par l'Etat islamique, qui sont considérés comme empiétant sur l'un des derniers bastions chrétiens d'Irak.

Malgré les différences entre chrétiens et musulmans dans le nord de l'Irak, le football amateur est populaire parmi les deux groupes. Les villes de Qaraqosh et d'Erbil, où cette évaluation a eu lieu, abritent environ 55 équipes de football masculin amateur et plusieurs terrains de football communaux, qui desservent 200,000 51 personnes dans les communautés voisines. Comme une grande partie de la vie au Kurdistan irakien, les équipes de football des villes sont séparées par la religion et beaucoup sont fondées par des chrétiens déplacés. Avant le début de l'évaluation, seules deux des XNUMX équipes de l'étude comprenaient des joueurs non chrétiens.

Détails de l'intervention

Les chercheurs se sont associés au conseil du gouvernorat de Ninive (comité de planification stratégique) et à une ONG chrétienne locale pour évaluer l'impact des équipes de football mixtes chrétiennes-musulmanes sur la cohésion sociale et les interactions entre chrétiens et musulmans. 

Le personnel de recherche a recruté 51 équipes chrétiennes d'Erbil et de Qaraqosh et a informé leurs capitaines qu'une ONG locale dirigée par des chrétiens travaillait avec une université américaine pour mettre en place une ligue de football de dix semaines pour les personnes déplacées et les rapatriés dans la région. Il y avait deux conditions pour participer :

Tous les joueurs devaient accepter de répondre à une brève enquête sur leur expérience de déplacement et leurs opinions sur la société irakienne avant et après la ligue ;

Chaque équipe se verrait attribuer trois joueurs supplémentaires qui pourraient ou non être chrétiens.

Les équipes du groupe traité ont ainsi reçu trois joueurs musulmans supplémentaires, tandis que celles du groupe de comparaison ont reçu trois joueurs chrétiens supplémentaires.2 Pour inciter les équipes à participer à la ligue de football, les chercheurs ont engagé des arbitres professionnels, fourni des uniformes, réservé des terrains et décerné des trophées aux joueurs. les trois meilleures équipes. Ces incitations ont réussi à assurer une participation engagée tout au long des deux mois de l'intervention.

Les chercheurs se sont intéressés à mesurer la tolérance des joueurs envers les autres coéquipiers et pairs rencontrés dans la ligue (tolérance sur le terrain), ainsi que les préjugés généralisés envers les membres de l'exogroupe, par exemple les résidents locaux, les clients des restaurants et les passants que l'on ne connaît pas personnellement. (tolérance hors terrain). Les chercheurs ont examiné les résultats comportementaux chez les joueurs chrétiens, y compris la volonté d'assister à un dîner du Ramadan (et d'amener leurs familles), la volonté de s'entraîner avec des musulmans à l'avenir et la volonté de s'inscrire dans une ligue mixte à l'avenir. Enfin, via des enquêtes auprès des ménages, ils ont mesuré si l'exposition à la ligue avait un effet sur la tolérance des riverains.  

Résultats et enseignements politiques

Suite à leur participation à la ligue, les chrétiens avec des coéquipiers musulmans ont manifesté des comportements plus tolérants envers leurs pairs musulmans jusqu'à six mois après l'intervention. Cependant, l'intervention n'a pas amélioré leur tolérance globale envers la communauté musulmane. Ces résultats suggèrent que le contact intergroupe peut renforcer la cohésion sociale au niveau communautaire avec des pairs et des connaissances après la guerre, mais ces effets ne se généralisent pas aux étrangers de l'exogroupe.

Tolérance sur le terrain améliorée : Les chrétiens avec des coéquipiers musulmans étaient 13 points de pourcentage plus susceptibles de dire qu'ils s'inscriraient dans une équipe de football mixte à l'avenir, 26 points de pourcentage plus susceptibles de voter pour un joueur musulman (pas dans leur équipe) pour recevoir un prix d'esprit sportif, et 49 points de pourcentage. points de pourcentage plus susceptibles de s'entraîner avec des musulmans six mois après la fin de l'intervention. Cela montre à quel point un contact positif avec des coéquipiers non chrétiens a accru l'acceptation par les chrétiens d'interagir avec les musulmans qu'ils ont rencontrés dans les ligues, modifiant les normes relatives à la ségrégation religieuse dans les équipes de football.

La tolérance hors du terrain n'a pas changé : En ce qui concerne la tolérance envers les étrangers musulmans, les joueurs avec des coéquipiers musulmans n'étaient pas plus susceptibles d'assister à un événement social mixte ou de fréquenter un restaurant appartenant à un musulman trois à quatre mois après l'intervention. Les croyances personnelles se sont également avérées difficiles à changer. Les joueurs traités sont devenus moins à l'aise avec les musulmans comme voisins, et les points de vue sur d'autres questions saillantes, comme blâmer les civils musulmans pour les souffrances chrétiennes, sont restés inchangés. Cependant, les mesures d'unité nationale, qui comprenaient l'acceptation que les divisions ethniques et religieuses sont arbitraires et que l'Irak serait une meilleure société si les citoyens se traitaient d'abord comme des Irakiens, étaient presque deux fois plus élevées pour les joueurs des équipes mixtes que pour les équipes exclusivement chrétiennes. . 

Pistes de changement : Les chercheurs pensent que la ligue a amélioré la tolérance des joueurs en normalisant les contacts avec les musulmans. Les deux tiers des équipes mixtes avaient intégré des musulmans en tant que membres principaux de l'équipe six mois après la fin de l'intervention, ce qui indique que le contact a conduit à un changement durable. Une performance d'équipe réussie était également importante pour accroître la tolérance, les équipes les plus performantes étant plus susceptibles de fréquenter des entreprises appartenant à des musulmans et d'assister à un événement social mixte.

Effets sur les autres membres de la communauté : Les personnes qui ont été exposées à la ligue - soit en vivant à distance de marche d'un terrain de ligue, en ayant une famille ou un ami en compétition ou en assistant au match final à l'invitation du personnel de recherche - ont manifesté des opinions plus tolérantes. Ils étaient entre 21 et 41% plus susceptibles de croire que la ligue avait un effet positif sur la communauté locale et d'approuver les futures activités intergroupes en dehors du football.

Sur la base des résultats de cette étude, le Conseil provincial de Ninive a inclus des composantes interethniques dans le cadre de sa programmation de développement : Après l'évaluation, le Conseil provincial de Ninive, le partenaire gouvernemental local de l'intervention, a été enthousiasmé par la principale conclusion : les programmes communautaires peuvent favoriser la cohésion sociale au niveau local. En conséquence, le gouverneur de la province de Ninive a décidé d'inclure une programmation interethnique dans le cadre de son plan de reconstruction et de développement de la ville de Mossoul, financé par le gouvernement provincial, ainsi que le gouvernement fédéral irakien et des sponsors internationaux, avec l'aide du chercheur. saisir. Le conseil provincial a également embauché du personnel pour mettre en place des ligues de football interethniques dans les camps de personnes déplacées de Hamdaniyya en 2018. Des évaluations similaires sont actuellement mises en œuvre avec des ONG partenaires au Liban et en Colombie, examinant le rôle des contacts intergroupes entre les jeunes défavorisés libanais et syriens, ainsi qu'entre migrants vénézuéliens et indigènes colombiens à Bogota.

Pris ensemble, ces résultats mettent en évidence le potentiel des organisations civiques qui transcendent les clivages sociaux pour reconstruire la confiance sociale après un conflit, du moins dans les relations essentielles à la coexistence quotidienne et à la construction communautaire.

Pour en savoir plus, écoutez une interview de Salma Mousa à propos de l'étude sur le podcast Root of Conflict ici.

Sources

1. Banque mondiale. 2019. "Fragilité, Conflit et Violence" http://www.worldbank.org/en/topic/fragilityconflictviolence/overview.

07 décembre 2021