Les impacts de la formation « soft skills » sur l'avancement professionnel des ouvrières du vêtement au Bangladesh

Les impacts de la formation « soft skills » sur l'avancement professionnel des ouvrières du vêtement au Bangladesh

Photo principale
Un ouvrier du vêtement au Bangladesh. © Sheikh Rajibul Islam / Alamy Banque D'Images
Dans cette image
Légende de la sous-image
Un ouvrier du vêtement au Bangladesh. © Sheikh Rajibul Islam / Alamy Banque D'Images
Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstrait

L'industrie du vêtement a élargi les possibilités d'emploi des femmes sur le marché du travail urbain au Bangladesh. Cependant, les emplois disponibles pour les femmes dans les usines sont généralement limités à des postes subalternes. Cette étude évalue l'efficacité d'un programme qui fournit aux ouvrières du vêtement des compétences menant à une promotion à des postes de supervision. En comparant les impacts de la formation en compétences générales, d'une combinaison de formation en compétences générales et spécialisées et de l'absence de formation, les chercheurs cherchent à déterminer si la formation en compétences non techniques seule est un moyen efficace et efficient d'augmenter le nombre de promotions offertes aux femmes et de préparer les femmes à être de bons superviseurs.

Question de politique

L'expansion rapide des emplois manufacturiers dans les pays à faible revenu au cours des cinquante dernières années a stimulé la croissance économique dans les zones urbaines.1 L'expansion d'une industrie manufacturière locale est souvent liée à une augmentation de la participation des femmes à la population active.2 Les recherches existantes montrent que les femmes qui travaillent dans l'industrie manufacturière signalent une amélioration de leur bien-être, généralement grâce à un sentiment accru d'indépendance économique et d'estime de soi, et parce qu'elles sont mieux placées pour renégocier les relations avec les maris et les parents.3

Cependant, les opportunités pour les femmes dans le secteur manufacturier sont souvent limitées au travail répétitif à la chaîne dans des industries « légères » telles que l'habillement, le textile, les chaussures et l'électronique, et les perspectives d'avancement vers des postes de direction sont faibles.4 Offrir une formation spécialisée aux travailleuses pourrait en être une. moyen d'augmenter leur potentiel de promotion, mais il y a peu de preuves pour indiquer si la formation en «compétences spécialisées» comme la planification de la production ou en «compétences non techniques» comme les capacités de leadership est la plus efficace.

Contexte de l'évaluation

Au Bangladesh, l'industrie du vêtement représente 5 % des recettes d'exportation du pays. La croissance de l'industrie du vêtement et du textile a contribué à augmenter les revenus des personnes moins qualifiées vivant dans la pauvreté au Bangladesh, et c'est une source importante d'opportunités d'emploi pour les femmes.6 Les femmes représentent environ les deux tiers des quelque quatre millions de travailleurs de l'industrie. .XNUMX

Cependant, les femmes ont tendance à être exclues des postes de direction en raison de préjugés sexistes. Les résultats d'une précédente évaluation randomisée d'un programme de formation étendu ont montré que les employés d'usine à tous les niveaux au Bangladesh percevaient les hommes comme des superviseurs plus efficaces que les femmes, même lorsque les hommes et les femmes avaient des niveaux similaires de compétences et de connaissances.7 Cette évaluation de 2015, menée par certains des mêmes chercheurs impliqués dans cette étude, ont constaté que les hommes et les femmes participant à la formation de supervision n'avaient pas des niveaux significativement différents d'alphabétisation, de raisonnement ou de connaissances techniques de la production de vêtements.

Les chercheurs ont également constaté que même si les femmes entrant dans le programme de formation étaient beaucoup moins confiantes que les hommes, les femmes et les hommes avaient une plus grande confiance à la fin de la formation. Bien que la confiance se soit améliorée, cependant, la formation n'a pas entraîné d'amélioration des connaissances techniques de la production de vêtements pour les deux sexes.8 Cela suggère qu'un programme de formation axé sur le renforcement des compétences non techniques, comme la confiance, pourrait être tout aussi efficace ou plus efficace pour améliorer la potentiel de promotion que la formation qui comprend à la fois des compétences techniques et non techniques.

Détails de l'intervention

Dans cette étude, les chercheurs travaillent avec Better Work Bangladesh, Innovations for Poverty Action et la Société financière internationale pour déployer un programme de formation à faible coût, appelé "Work-Progression & Productivity Toolkit", à environ 240 ouvrières d'usine de 27 ans. usines au Bangladesh. La participation aux programmes de formation est volontaire. 

Les participants seront répartis au hasard dans l'un des trois groupes :

Formation soft skills : Ce groupe participera à quatre jours de formation en classe répartis sur deux semaines et huit semaines de formation en cours d'emploi. La formation en classe met l'accent sur le renforcement de la confiance et des capacités de leadership. Les compétences à enseigner comprennent l'identification des forces personnelles, la remise en question et la modification des pensées négatives, la gestion du stress, l'influence des supérieurs, l'établissement de relations, l'éloge des bonnes performances et la correction des mauvaises performances, et la gestion d'équipes. 

Formation hard et soft skills : Ce groupe participera à neuf jours de formation en classe répartis sur cinq semaines et à huit semaines de formation en cours d'emploi. La formation en classe couvre les mêmes quatre jours que le groupe de formation aux compétences non techniques, avec cinq jours supplémentaires de sessions axées sur les compétences techniques, y compris les processus de production de la coupe à la finition, les procédures de post-commande et de pré-coupe, la mesure du travail et les types de méthodes, machines et moteurs. 

Groupe de comparaison: Ce groupe ne participera à aucun des programmes de formation avant la fin de l'enquête de suivi en août 2017.

Les chercheurs évalueront les impacts des programmes de formation sur trois résultats principaux : la probabilité de promotion, les évaluations des opérateurs des stagiaires et l'efficacité de la ligne. Les chercheurs mesureront l'efficacité en utilisant les données de production et les dossiers administratifs des usines participantes pour suivre la productivité, l'absentéisme des travailleurs et la qualité des produits sur les lignes sur lesquelles les participants à la formation travaillent en tant que superviseurs.

Résultats et enseignements politiques

Résultats à venir.

le 29 mars 2019