Évaluation mystère de la divulgation des coûts de crédit en Ouganda

Évaluation mystère de la divulgation des coûts de crédit en Ouganda

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstract

L'Ouganda a fait des progrès substantiels dans la politique de protection des consommateurs financiers ces dernières années, mais comprendre si et comment le secteur financier se conforme à ces nouvelles réglementations peut être un défi. En collaboration avec Financial Sector Deepening (FSD) Africa et Financial Sector Deepening Uganda (FSDU), une équipe de recherche de l'IPA a mené une étude d'audit sur plus de 1,000 15 institutions financières dans trois districts de l'Ouganda afin de comprendre les pratiques actuelles et le respect des exigences existantes en matière de divulgation et de transparence du crédit à la consommation. de la Banque d'Ouganda et de l'Autorité ougandaise de réglementation de la microfinance. Dans l'ensemble, l'étude a révélé que les informations sur le coût des produits n'étaient pas systématiquement fournies par les agents de crédit, que les emprunteurs inexpérimentés recevaient moins d'informations que les acheteurs expérimentés et que les documents imprimés étaient manifestement absents lors des visites de vente et ne respectaient pas les directives. Une analyse supplémentaire des frais de prêt déclarés par les banques commerciales sur une période de XNUMX ans indique également une augmentation de l'utilisation des frais autres que d'intérêts sur les contrats de prêt, ce qui correspond au large éventail de frais autres que d'intérêts rencontrés par les clients mystères.

Question de politique

Les produits financiers ont le potentiel d'aider les pauvres, mais dans certains cas, les objectifs commerciaux des institutions financières peuvent ne pas correspondre aux meilleurs intérêts des consommateurs, et leur personnel peut ne pas être incité à offrir les produits les plus adaptés aux clients à faible revenu. Un manque de transparence et des informations de mauvaise qualité fournies par les institutions financières pourraient avoir des conséquences négatives pour les consommateurs à faible revenu. Recherche précédente a constaté que les institutions financières omettent régulièrement de fournir volontairement des informations aux clients sur les frais évitables, en particulier aux personnes manquant de connaissances financières, et les clients ne se voient presque jamais proposer le produit le moins cher. De nombreux clients, quant à eux, n'ont pas la compréhension nécessaire des produits financiers pour prendre des décisions financières judicieuses. Les clients moins informés peuvent ne pas être en mesure de naviguer sur ce territoire pour trouver les produits qui répondent le mieux à leurs besoins. Cette recherche en Ouganda contribue à un nombre croissant de recherches sur les pratiques actuelles en matière de transparence des produits de crédit à la consommation.

Contexte de l'évaluation

En 2011, la Banque d'Ouganda (BoU) a introduit les Directives sur la protection des consommateurs financiers, qui incluent les obligations des institutions financières (y compris les banques, les sociétés financières et autres institutions de dépôt) d'être équitables, fiables et transparentes. Ces directives exigent que les prestataires de services financiers partagent des informations sur les produits avec les consommateurs, y compris le coût total du crédit ; qu'ils affichent bien en évidence les frais et charges standard dans toutes ses succursales, dans le matériel promotionnel et sur tout autre canal de communication qu'il utilise ; et que les consommateurs reçoivent un document sur les faits clés avant de contracter un prêt, entre autres directives.

Dans de nombreux pays, l'établissement de règles n'a pas suffi à garantir que les institutions financières se conforment à ces réglementations. La supervision des visites de vente est considérée comme essentielle pour s'assurer que les règles établies sont respectées dans la pratique.

Détails de l'intervention

Entre juillet et août 2019, l'IPA a effectué 1102 visites mystères auprès de prêteurs à Kampala, Mbarara et Gulu pour documenter la conduite des agents de crédit en matière de divulgation des produits de crédit et de transparence des prix. Les institutions visitées étaient supervisées soit par la Banque d'Ouganda (BoU), soit par l'Autorité ougandaise de réglementation de la microfinance (UMRA).

Pour l'exercice, des clients mystères se sont fait passer pour des clients réguliers et ont rendu visite à des prêteurs à l'improviste afin de découvrir des informations sur le processus de demande de prêt sans que l'agent de crédit sache qu'ils étaient observés, et ainsi éviter d'impacter leur comportement ou leurs pratiques habituelles. IPA a recruté et formé des acheteurs correspondant à des profils reflétant les emprunteurs ougandais typiques. Les acheteurs ont décrit une gamme de personnalités et de scénarios - connaissances d'emprunt limitées par rapport à avancées, besoins d'emprunt professionnels par rapport aux besoins personnels, hommes par rapport aux femmes et demandes de montant de prêt variables - pour mesurer l'impact de ces différences sur les produits proposés aux acheteurs et les informations divulguées par les agents de crédit . L'équipe de recherche a également analysé les données accessibles au public sur le coût du crédit publiées par la BoU afin de compléter sa compréhension des résultats.

Résultats et enseignements politiques

Résultats préliminaires:

Les informations sur le coût du produit, y compris le taux d'intérêt et le coût total du crédit, n'étaient pas systématiquement fournies par les agents de crédit

  • Seuls 69 % des agents de crédit ont fourni des informations sur les taux d'intérêt sans y être invités (98 % les ont fournies aux acheteurs qui l'ont demandé)
  • Parmi les agents de crédit qui ont fourni le taux d'intérêt, 67 % ne l'ont pas expliqué en détail aux acheteurs, y compris comment il est calculé.
  • Seule la moitié des clients mystères éligibles ont été informés du coût total du crédit

Les emprunteurs inexpérimentés ont reçu moins d'informations que les acheteurs expérimentés, suggérant des défis particuliers pour la protection des consommateurs ayant une expérience limitée du secteur financier formel, ou moins d'éducation.

  • En moyenne, les agents de crédit ont divulgué 3.58 frais autres que d'intérêts aux acheteurs expérimentés, contre 2.97 frais autres que d'intérêts aux acheteurs inexpérimentés.
  • 68 % des acheteurs expérimentés ont reçu des informations sur le coût total du crédit, contre 12 % des acheteurs inexpérimentés

Les documents imprimés étaient manifestement absents lors des visites de vente et ne respectaient pas les directives. Tous les acheteurs ont demandé un plan de paiement, et les acheteurs expérimentés ont demandé un document sur les faits clés en utilisant le terme « document récapitulatif » pour éviter les soupçons. Les acheteurs ont également été invités à collecter tous les documents imprimés qu'ils pouvaient trouver dans la succursale.

  • Les agents de crédit ont montré aux acheteurs un plan de paiement dans seulement 12 % des visites, et principalement aux acheteurs expérimentés et aux petits demandeurs de prêt. 
  • Un document sur les faits essentiels était rarement (6 %) présenté lors de la première visite, même s'il était demandé ou suggéré par l'acheteur.
  • Parmi les institutions qui disposaient de dépliants, moins de 40 % ont indiqué des taux d'intérêt sur leurs documents écrits.
  • Contrairement aux directives de protection des consommateurs financiers de la BoU, seule une poignée de documents imprimés qui incluaient les taux d'intérêt étaient accompagnés du coût total du crédit. En aucun cas, le coût total du crédit n'a été imprimé plus en évidence que le taux d'intérêt.

L'équipe de recherche tient à remercier le financement de Financial Sector Deepening Africa (FSDA) et de Financial Sector Deepening Uganda (FSDU).

10 décembre 2019