Progrès du développement en Côte d'Ivoire vers un écosystème d'éducation fondé sur des preuves

Progrès du développement en Côte d'Ivoire vers un écosystème d'éducation fondé sur des preuves

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Au cours de la dernière décennie, la Côte d'Ivoire a fait des efforts substantiels pour améliorer l'accès et la qualité de l'éducation. Le ministère de l'Éducation de Côte d'Ivoire (MENA) a montré son engagement à affiner le système éducatif et à améliorer la qualité de l'éducation dans tout le pays. En 2015, la Côte d'Ivoire a adopté une loi établissant l'enseignement obligatoire de 6 à 16 ans. Depuis 2016, l'IPA a l'honneur de soutenir le ministère de l'Éducation en générant des preuves pouvant conduire à l'amélioration des politiques et des pratiques éducatives. Le gouvernement ivoirien n'a cessé de déployer des efforts non seulement pour assurer l'accès universel à l'éducation, mais aussi pour améliorer la qualité de la scolarisation. Basé sur le 2019 rapport par The Programme d'analyse des systèmes éducatifs (PASEC) évaluant les niveaux des élèves dans les écoles primaires de 13 pays africains francophones, les enseignants de Côte d'Ivoire se classent parmi les meilleurs en matière de compétences des enseignants ; mais les élèves ivoiriens accusent un retard en mathématiques et en langue. Compte tenu de cet écart, réévaluer la politique du pays en vue d'améliorer les résultats scolaires signifie chercher de nouvelles réponses à des questions fondamentales.

Pour mener une évaluation approfondie du système éducatif, le gouvernement ivoirien a lancé le États Généraux de l'Éducation Nationale et de l'Alphabétisation (EGENA) le 19 juillet 2021. EGENA est un groupe de travail composé d'élèves, de parents, d'enseignants, de la société civile, de fonctionnaires, de partenaires au développement et d'acteurs de l'éducation qui proposeront des réformes. Compte tenu de son historique de soutien au gouvernement ivoirien dans le pilotage et la mise à l'échelle des programmes sociaux, l'IPA a été invitée à participer au processus EGENA, aux côtés du Groupe local des partenaires de l'éducation et d'autres parties prenantes du secteur de l'éducation. Ce partenariat a aidé à identifier les priorités politiques et a fourni des preuves pour éclairer les réformes majeures dans le secteur de l'éducation, en particulier en ce qui concerne les programmes et les politiques soutenus par l'IAP, notamment l'augmentation de la scolarisation et de la fréquentation, l'amélioration des résultats d'apprentissage et la mesure de la impact des programmes de technologies de l'information et de la communication sur les résultats d'apprentissage.

La ministre de l'Éducation nationale et de l'Alphabétisation, Mariatou Koné (au centre), accompagnée de la délégation du Groupe local des partenaires de l'éducation. Les autres représentants de gauche à droite sont l'UNESCO, l'Ambassade de France, l'AFD, l'UNICEF, l'UNESCO, la Fondation Jacobs, la Banque mondiale, l'AFD, l'AVSI et l'IPA.
La ministre de l'Éducation nationale et de l'Alphabétisation, Mariatou Koné (au centre), accompagnée de la délégation du Groupe local des partenaires de l'éducation. Les autres représentants de gauche à droite sont l'UNESCO, l'Ambassade de France, l'AFD, l'UNICEF, l'UNESCO, la Fondation Jacobs, la Banque mondiale, l'AFD, l'AVSI et l'IPA.

Grâce à des approches solides, inclusives et participatives telles que le dialogue social, la consultation technique, les ateliers et les débats publics au cours des deux dernières années, les recommandations d'EGENA ont été traduites en 42 réformes et ont été adoptées par le Conseil des ministres du gouvernement à Abidjan le 3 mai. , 2023. Ces réformes seront menées au cours des dix prochaines années pour un coût estimé à 866 milliards de francs CFA (1.42 milliard de dollars). Les recommandations et les plans de travail résultant du processus EGENA montrent des signes positifs indiquant que l'utilisation des données probantes dans l'élaboration des politiques éducatives est en train de s'institutionnaliser. Les exemples incluent des recommandations pour mettre en œuvre des activités de recherche ou élaborer des stratégies de suivi, d'évaluation et d'apprentissage (MEL) pour surveiller ou intensifier les politiques existantes. De plus, les défis et les solutions proposées augmentent les capacités de la région MENA et poussent l'ensemble de l'écosystème de l'éducation à générer et à utiliser des données probantes, notamment en se connectant avec des chercheurs locaux en éducation ou en créant une équipe dédiée produisant des analyses régulières au niveau local. Ainsi, les recommandations actuelles de l'EGENA incluent :

  • Soulignant la nécessité de générer plus de données pour éclairer les politiques (par exemple, via un système MEL solide) afin d'améliorer les pratiques d'apprentissage dans tous les programmes.
  • Renforcer la capacité de la région MENA à générer des preuves.
  • Soulignant la nécessité d'étendre les programmes réussis.

L'adoption des recommandations d'EGENA montre que l'engagement à institutionnaliser l'utilisation de données de qualité dans l'élaboration des politiques d'éducation est une priorité pour le gouvernement. La recherche montre que l'investissement dans le capital humain, en particulier dans l'éducation, contribue au développement économique et réduit la pauvreté. En 2021, les investissements dans le secteur de l'éducation représenté plus de 15 % des dépenses du gouvernement ivoirien, soit 2017 % de moins qu'en XNUMX. Étant donné que les réformes à l'échelle nationale sont coûteuses, il est crucial que les réformes systémiques soient étayées par des preuves pour mener à des politiques éclairées.

L'élan vers la création d'un écosystème d'éducation fondé sur des données probantes est encore démontré par les plans actuels du ministère de l'Éducation et de l'Alphabétisation visant à établir une éducation Laboratoire intégré en Côte d'Ivoire pour renforcer l'utilisation régulière des preuves pour améliorer la prise de décision, les politiques et les programmes. Avec l'assistance technique de l'IPA, le laboratoire d'éducation pourrait jouer un rôle clé en aidant le ministère à s'attaquer aux activités décrites dans l'ensemble final de recommandations de l'EGENA.

Bien que le processus soit toujours en cours, on s'attend à ce que le laboratoire d'éducation contribue à la mise en œuvre de évaluations rigoureuses des programmes d'éducation proposés, le renforcement des capacités du personnel dans les processus de recherche et d'évaluation, la mise à l'échelle des politiques fondées sur des données probantes et le soutien aux programmes de recherche qui éclaireront les décisions politiques.

 

(Photo miniature : Un groupe d'écoliers ivoiriens de 8 ans dessinant à Abidjan © 2015 Mustapha Gunnouni / Shutterstock)