Conseil et expériences de capital avec des tailleurs de micro-entreprises au Ghana

Conseil et expériences de capital avec des tailleurs de micro-entreprises au Ghana

Photo principale
Un apprenti tailleur au Ghana utilisant une machine à coudre surjeteuse. © 2014 Morgan Hardy
Dans cette image
Légende de la sous-image
Un apprenti tailleur au Ghana utilisant une machine à coudre surjeteuse. © 2014 Morgan Hardy
Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstrait

Les microentreprises représentent une grande partie de l'emploi dans le monde en développement, mais on sait peu de choses sur les contraintes à leur croissance. Les chercheurs se sont associés au cabinet de conseil Ernst & Young pour tester si le fait de fournir aux tailleurs d'Accra des conseils personnalisés, une subvention en espèces importante ou les deux peut faciliter la croissance. Au départ, les tailleurs ont expérimenté les investissements et les pratiques de gestion, mais la plupart ont appris au fil du temps que ces nouvelles stratégies commerciales n'étaient pas rentables pour leurs entreprises. Certains tailleurs, cependant, ont obtenu des résultats positifs, preuve que le talent entrepreneurial varie d'un individu à l'autre et que le talent d'un individu peut ne pas être facilement connu, même de l'entrepreneur lui-même. 

Question de politique

Dans de nombreux pays à faible revenu, les petites et moyennes entreprises emploient collectivement plus de main-d'œuvre que les grandes entreprises des secteurs formels.1 Les petites et moyennes entreprises (PME) sont considérées comme une source importante d'innovation et d'emploi en raison de leur flexibilité à répondre aux nouvelles opportunités du marché et de leur potentiel de croissance. Cependant, on comprend très peu les contraintes à l'expansion des PME. Un manque de liquidités peut empêcher les entrepreneurs de faire des investissements. Ou encore, ils ne possèdent peut-être pas les connaissances commerciales nécessaires pour gérer efficacement leur entreprise. Les subventions en capital et la formation aux pratiques de gestion peuvent-elles stimuler la croissance d'une microentreprise ?

Contexte de l'évaluation

En 2004, les entreprises comptant moins de 99 travailleurs (communément appelées petites ou moyennes entreprises) employaient environ les deux tiers de la main-d'œuvre du Ghana.2 Ces petites et moyennes entreprises (PME) proposent généralement des produits diversifiés, allant des produits agricoles à l'artisanat en passant par les services touristiques.

Ernst & Young, une société internationale de conseil aux entreprises, travaille dans les domaines de l'assurance, de la fiscalité, des transactions, des services de conseil et des marchés de croissance stratégique. À Accra, au Ghana, Ernst & Young a travaillé avec des tailleurs dans huit quartiers, qui exploitaient tous des microentreprises employant cinq personnes ou moins. Trente-cinq pour cent de ces entreprises n'avaient aucun employé. Moins de 18 % avaient déjà contracté un prêt formel et 17 % tenaient des registres financiers écrits.

Détails de l'intervention

Les chercheurs se sont associés à Ernst & Young pour tester si fournir aux tailleurs de micro-entrepreneurs urbains des conseils, des capitaux ou les deux peut faciliter la croissance de l'entreprise. Les 160 tailleurs de l'échantillon ont été assignés au hasard à l'un des trois groupes de traitement ou à un groupe de comparaison.

Groupe de conseil : Les consultants d'Ernst & Young ont rencontré les tailleurs individuellement dans les ateliers des tailleurs, de une à quatre fois par mois entre février 2009 et février 2010. Chaque tailleur a reçu en moyenne dix heures de conseil au cours de l'année. Les consultants ont travaillé avec les tailleurs à travers des modules de formation en gestion d'entreprise, tels que la tenue de registres et le service client, à un rythme individualisé.

Groupe de subventions en espèces : Huit mois après le début de l'intervention, en octobre 2009, les tailleurs du groupe de subventions en espèces ont reçu une subvention de 200 cédis ghanéens (GHC) (138.90 USD) pour investir dans leurs entreprises. La subvention représentait un montant considérable de capital, égal à environ le double du montant en espèces que le tailleur moyen déclarait avoir disponible pour l'investissement.

Groupe combiné Conseil et Trésorerie : Les tailleurs du groupe combiné ont reçu à la fois l'année de services de conseil commençant en février 2009 et la subvention en espèces en octobre 2009.

Groupe de comparaison : Le groupe de comparaison n'a pas reçu de services de conseil ni de subvention en espèces.

Pour mesurer l'impact des services de conseil et de la subvention en capital sur les pratiques commerciales des tailleurs et leurs bénéfices, les chercheurs ont mené huit séries d'enquêtes auprès des participants entre décembre 2008 et décembre 2010. L'adhésion aux conseils des consultants a été mesurée par un score de pratique de gestion qui a rapporté la proportion de bonnes pratiques suivies par les tailleurs. À chaque tour d'enquête, les chercheurs ont demandé aux tailleurs s'ils appliquaient certaines pratiques recommandées, sélectionnées parmi une liste de 35. Bien que tous les tailleurs aient répondu aux mêmes questions, la sélection des pratiques variait à chaque tour. 

Résultats et enseignements politiques

Ni la subvention en espèces, ni les services de conseil, ni la combinaison n'ont entraîné une croissance commerciale significative pour les tailleurs.

Pratiques commerciales : Les tailleurs qui travaillaient avec des consultants ont adopté de meilleures pratiques de gestion, mais seulement temporairement. Après six mois, les tailleurs qui ont reçu des services de conseil ont augmenté leur utilisation des bonnes pratiques de 5.7 points de pourcentage par rapport à un score de référence de 40 % (une augmentation de 14 %). Mais l'application des leçons commerciales n'a pas persisté. Un an après la fin de la consultation, il n'y avait aucune différence dans les pratiques de gestion entre les groupes de consultation ou combinés et le groupe de comparaison.

Flux de capitaux: Les flux financiers nets (en termes d'investissement, d'épargne et de prêts) ont augmenté dans la subvention en espèces et le groupe combiné immédiatement après la subvention, de GHC 326 (US$226.40) et GHC 229 (US$159) respectivement. Le groupe de conseil n'a pas signalé de flux financiers plus importants. Cependant, de manière similaire à la tendance observée dans les pratiques commerciales, un an plus tard, la taille des flux de capitaux pour la subvention en espèces et le groupe combiné est tombée au niveau signalé par le groupe de comparaison. Le fait que l'augmentation se soit limitée aux tailleurs qui ont reçu des subventions, sans effet sur le groupe des consultants seulement, suggère qu'un manque de liquidités a limité les activités des tailleurs pour promouvoir la croissance de l'entreprise.

Rentabilité: Le conseil n'a pas stimulé les bénéfices et la subvention en capital a apparemment réduit les bénéfices à long terme. À la fin de l'étude, les tailleurs du groupe de subventions en espèces gagnaient 45 GHC (31.30 USD) de moins que les 146 GHC (101.40 USD) gagnés par le groupe de comparaison, soit une diminution de 31 %. Il n'y avait pas d'effet significatif sur les bénéfices dans les groupes de consultation ou combinés à la fin de l'étude.  

La tendance des bénéfices au fil du temps suggère que les interventions ont peut-être permis aux tailleurs d'expérimenter leurs pratiques commerciales, mais ils ont abandonné les nouvelles stratégies après avoir appris que les changements n'étaient pas rentables, ce qui a entraîné une diminution des effets sur les bonnes pratiques commerciales et les flux de capitaux. Cela peut suggérer que les meilleures pratiques commerciales ne sont bénéfiques que pour les entrepreneurs qui peuvent les mettre en œuvre efficacement. Les pratiques recommandées par les consultants, telles que la comptabilité formelle et « coudre et vendre » - où le tailleur coud un vêtement sans un client spécifique en tête dans l'espoir de vendre plus tard - peuvent avoir été rentables pour certains tailleurs particulièrement talentueux, mais peuvent avoir réduit les bénéfices pour les entrepreneurs moins qualifiés. De même, les investissements en capital peuvent ne pas avoir porté leurs fruits pour les tailleurs qui ont pris des décisions mal informées ou mauvaises.  

Certains tailleurs, cependant, ont vu des impacts positifs. Mais, identifier ces personnes avant les interventions sur la base de caractéristiques observables est difficile. Le talent entrepreneurial varie considérablement d'un individu à l'autre et le niveau de talent d'un individu peut ne pas être facilement connu, même par l'entrepreneur lui-même.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour développer des moyens de cibler les entrepreneurs au talent latent qui bénéficieraient d'encouragements à se développer. En l'absence de mécanismes de ciblage, une politique visant à stimuler la croissance des entrepreneurs et impliquant des capitaux et des conseils peut au mieux donner des résultats mitigés.

Sources

1. McCourtie, Simone D. « Financement des micro, petites et moyennes entreprises (MPME) ». La Banque mondiale. 5 avril 2013. http://www.worldbank.org/en/results/2013/04/05/msme-finance-expanding-opportunities-and-creating-jobs.

2. Kushnir, Khrystyna. « Indicateurs nationaux des MPME ». Société financière internationale. 2007. http://www.ifc.org/wps/wcm/connect/Industry_EXT_Content/IFC_External_Corporate_Site/Industries/Financial+Markets/msme+finance/sme+banking/msme-countryindicators.

le 16 mars 2016