L'impact de l'information des gens sur le soutien local à la distanciation sociale : preuves du Mozambique

L'impact de l'information des gens sur le soutien local à la distanciation sociale : preuves du Mozambique

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstrait

L'adoption généralisée de la distanciation sociale peut aider les communautés et les pays à ralentir la propagation du COVID-19. Au Mozambique, des chercheurs se sont associés au ministère de la Santé pour mesurer l'impact d'informer les gens des taux élevés de soutien communautaire à la distanciation sociale sur la pratique de la distanciation sociale. Les résultats ont montré qu'informer les gens du soutien à la distanciation sociale augmente la distanciation sociale dans les zones où Les cas de COVID-19 sont élevés et diminuent la distanciation sociale dans les zones où les cas de COVID-19 sont faibles.

Question de politique

Les progrès lents et inégaux de la vaccination, combinés à l'émergence rapide de nouvelles variantes plus contagieuses du COVID-19, ont rendu urgente la recherche de preuves pouvant aider à encourager les gens à suivre les directives pour minimiser la propagation du COVID-19. Le soutien aux mesures préventives, telles que le port de masques ou la distanciation sociale, a considérablement varié au cours de la pandémie. Par exemple, les experts ont émis l'hypothèse que les gens assouplissent ces mesures lorsque les infections locales sont faibles. Si, en revanche, les taux d'infection locaux sont suffisamment élevés, un effet de risque perçu domine, conduisant à une augmentation de l'adoption de mesures préventives. Cependant, il y a un manque de preuves rigoureuses pour étayer ces hypothèses et stratégies pour promouvoir des comportements sains dans le contexte de la pandémie.

Contexte de l'évaluation

Au Mozambique, il y a 220 19 cas confirmés de COVID-XNUMX, et la maladie a fait plus de XNUMX XNUMX morts. Vingt-cinq pour cent de la population est complètement vaccinée, plus que le Zimbabwe, le Malawi et la Tanzanie, et juste en dessous de l'Afrique du Sud. De plus, les séquelles du cyclone Idai ont mis à nu les difficultés de la lutte contre le COVID-19 face à l'aggravation du changement climatique. Pour éviter que les cas ne montent en flèche, le gouvernement mozambicain a maintenu en place des exigences sanitaires rigoureuses, dont l'une est une distance sociale de 1.5 mètre à tout moment. Les Mozambicains soutiennent massivement la distanciation sociale en tant que mesure de santé publique, mais le soutien collectif perçu à la distanciation sociale est plus faible. Cela suggère des lacunes dans les informations sur sa popularité, qui à son tour a le potentiel de limiter la probabilité que la distanciation sociale soit pratiquée dans la communauté.

Détails de l'intervention

Dans le centre du Mozambique, des chercheurs se sont associés au Centre de recherche opérationnelle de Beira de l'Institut national de la santé du Mozambique pour mesurer l'impact de l'information des gens sur les taux élevés de soutien communautaire à la distanciation sociale sur la pratique de la distanciation sociale.

Un membre de 2,117 76 ménages dans XNUMX communautés a été sélectionné au hasard pour participer à trois enquêtes téléphoniques afin de déclarer lui-même ses décisions de distanciation sociale et de signaler les décisions de distanciation sociale des autres conformément aux directives du gouvernement.

Les chercheurs ont divisé les participants en trois groupes :

  • Correction des normes sociales : On a d'abord demandé à 628 personnes si elles soutenaient la distanciation sociale, puis on leur a demandé d'estimer la part de la communauté soutenant la distanciation sociale sur une échelle de un à dix. Ceux qui ont sous-estimé la part ont reçu la part réelle, ceux qui ont correctement estimé la part ont été informés qu'ils avaient raison et ceux qui ont surestimé n'ont reçu aucune information.
  • Approbation du chef : 637 personnes ont été identifiées comme dirigeants locaux officiels ou désignées par d'autres comme les mieux à même de faire circuler l'information au sein de la communauté. Les dirigeants ont pratiqué la distanciation sociale, ont partagé avec les membres de leur communauté qu'ils soutenaient la distanciation sociale et ont encouragé les autres à pratiquer la distanciation sociale. Cette approbation ainsi que les noms des dirigeants ont ensuite été partagés avec les autres participants.
  • Groupe de comparaison : 852 personnes n'ont reçu ni la correction des normes sociales ni la circulation de l'information sur l'approbation du chef.

Les données ont été recueillies à partir d'enquêtes d'auto-déclaration et d'enquêtes d'autres déclarants entre juillet et novembre 2020.

Résultats et enseignements politiques

Les chercheurs ont découvert qu'informer les gens du soutien à la distanciation sociale augmente la distanciation sociale dans les zones où les cas de COVID-19 sont élevés et diminue la distanciation sociale dans les zones où les cas de COVID-19 sont faibles.

L'augmentation de la distanciation sociale dans les zones où sévit la COVID-19 est liée à une infectiosité perçue accrue, avec des attentes plus élevées concernant les taux d'infection futurs. Là où les cas de COVID-19 sont faibles, les gens s'attendent moins aux futurs taux d'infection, ce qui les amène à réduire leur propre distanciation sociale.

La part perçue par les individus du soutien communautaire à la distanciation sociale était de 69 %, tandis que la part réelle était de 98 %.

L'approbation par les dirigeants de la distanciation sociale n'a eu aucun impact sur les pratiques de distanciation sociale des individus.

Sources

  Organisation mondiale de la santé, « Mozambique : tableau de bord de l'OMS sur la maladie à coronavirus (COVID-19) », Organisation mondiale de la santé, consulté le 18 janvier 2022, https://covid19.who.int/region/afro/country/mz

le 30 mars 2022