Promouvoir l'inclusion productive et la résilience au moyen des filets de sécurité nationaux : Étude sur quatre pays du Sahel

Promouvoir l'inclusion productive et la résilience au moyen des filets de sécurité nationaux : Étude sur quatre pays du Sahel

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstrait

Les foyers en situation de pauvreté extrême font face à toute une gamme de défis qui limitent leur capacité à investir de manière productive ou à faire face à des crises imprévisibles telles que sécheresse ou maladie. Les programmes productifs d'inclusion combinent des transferts monétaires à des formations et autres soutiens pour améliorer les revenus des foyers tout en les aidant à faire face et à se relever des crises. Mais on a peu d'éléments sur l'impact des interventions productives lorsqu'elles sont implémentées au sein des systèmes de filets sociaux nationaux, et on ignore la combinaison optimale des interventions. En partenariat avec les gouvernements de ces pays et la Banque Mondiale, l'équipe de recherche a évalué l'impact des diverses aides productives sur le bien-être et la stabilité économique des bénéficiaires de l'aide sociale au Burkina Faso, en Mauritanie, au Niger, et au Sénégal. Au Niger, un programme complexe d'inclusion économique fourni à des femmes bénéficiant d'un programme de transfert monétaire national a permis d'améliorer la consommation et la sécurité alimentaire de ces femmes, d'accroître leurs affaires non-agricoles, et a amélioré leur bien-être psycho-social.

Question de politique

Les ménages vivant dans l'extrême pauvreté sont confrontés à de nombreux défis qui limitent leur capacité à gagner leur vie. Ces contraintes peuvent aller du manque de capital et de compétences à des normes sociales omniprésentes, à l'exposition à divers types de chocs ou à la déconnexion des marchés locaux. Bien que la combinaison de différentes interventions semble être essentielle pour un impact durable sur l'inclusion productive,  la recherche à ce jour a tendance à se concentrer sur les partenariats avec des organisations à but non lucratif, tandis que l'efficacité des programmes gouvernementaux à grande échelle peut différer de l'efficacité des programmes non gouvernementaux à plus petite échelle.

Les filets de sécurité sociale établissent des mécanismes pour atteindre et fournir un soutien à la consommation aux ménages les plus pauvres et les plus vulnérables. Un nombre croissant de pays cherchent à mettre en œuvre des ensembles de mesures d'inclusion productive pour les bénéficiaires des filets de sécurité, y compris des programmes de formation, des transferts d'actifs, un soutien psychosocial et/ou un accès facilité aux marchés. Cependant, on sait peu de choses sur l'impact des programmes à multiples facettes mis en œuvre par le biais des systèmes gouvernementaux, ou sur la combinaison optimale de mesures productives pour sortir efficacement les ménages de la pauvreté.

Contexte de l'évaluation

En 2018, environ quarante pour cent des habitants de l'Afrique subsaharienne vivaient avec moins de 1.90 dollar US par jour, la référence internationale en matière d'extrême pauvreté, ce qui en fait la région la plus pauvre du monde. Les pays de la région du Sahel en Afrique de l'Ouest sont parmi les plus pauvres d'Afrique subsaharienne, avec des taux d'extrême pauvreté supérieurs à 2020 % au Niger en XNUMX. La région du Sahel est particulièrement exposée aux chocs climatiques, ce qui rend particulièrement difficile l'évasion des ménages les plus pauvres. pauvreté.

Les programmes nationaux de transferts monétaires ont considérablement gagné en popularité dans le monde pour soutenir la consommation des ménages très pauvres, y compris au Sahel. De plus en plus, les décideurs politiques de la région souhaitent compléter les programmes de transferts monétaires par des interventions supplémentaires susceptibles d'améliorer la capacité des ménages bénéficiaires à favoriser la résilience et à faire face aux chocs climatiques. Pour soutenir ces efforts, la Banque mondiale et les pays partenaires ont lancé le Programme de protection sociale adaptative au Sahel en 2014. L'objectif du programme est d'accroître l'accès à des systèmes efficaces de protection sociale adaptative pour les ménages pauvres et vulnérables de la région. Dans le cadre du programme, les gouvernements des pays, la Banque mondiale, l'IPA et des chercheurs partenaires collaborent pour évaluer des interventions complémentaires qui, combinées aux programmes traditionnels de transferts monétaires, ont le potentiel de promouvoir l'inclusion économique productive et la résilience des ménages pauvres de la région.

Détails de l'intervention

Les gouvernements des pays, la Banque mondiale, l'IPA et les chercheurs partenaires collaborent pour évaluer l'impact de différents ensembles d'interventions productives sur le bien-être économique et la résilience des bénéficiaires des filets de sécurité au Burkina Faso, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal. Le système utilisé pour mettre en œuvre l'intervention varie d'un pays à l'autre, allant d'une mise en œuvre entièrement par le gouvernement à une mise en œuvre entièrement par des ONG.

Les programmes de cette évaluation comprennent des combinaisons de l'ensemble suivant de sept interventions :

  1. Aide à la consommation de base : Les participants reçoivent une aide à la consommation sous la forme de transferts monétaires périodiques d'environ 15 USD par mois.
  2. Coaching et formation de groupe: Les participants forment des groupes pour rencontrer les entraîneurs de façon continue. Les entraîneurs fournissent un soutien et des conseils aux groupes, s'assurent que les composantes du programme sont mises en œuvre efficacement et favorisent l'accès des groupes aux marchés locaux. Ils assurent également un suivi individualisé lorsque les participants ont besoin d'un soutien supplémentaire. 
  3. Groupes d'épargne : Des groupes de participants sont formés pour créer des associations villageoises d'épargne et de crédit, qui permettent aux membres de mettre en commun leur épargne afin d'avoir une source de fonds de prêt, et sont supervisés lors de la création et de la gestion de ces groupes.
  4. Atelier sur les aspirations et les normes sociales: Les participants et la communauté au sens large assistent à une projection et s'engagent dans une discussion animée sur une vidéo qui vise à relever les aspirations et à aborder les normes communautaires qui empêchent les participants de faire des investissements productifs.
  5. Formation aux compétences de vie : Les participants bénéficient d'un programme de formation d'une semaine conçu pour promouvoir des compétences socio-émotionnelles telles que l'estime de soi, la prise de décision efficace, la résolution de conflits et l'orientation future.
  6. Formation en micro-entrepreneuriat : Les participants reçoivent un programme de formation d'une semaine couvrant les compétences commerciales de base pour les activités agricoles et non agricoles.
  7. Importante subvention forfaitaire en espèces : Les participants reçoivent une subvention unique de 100 à 200 dollars destinée à promouvoir l'investissement dans des activités productives. Cette subvention est nettement supérieure aux transferts monétaires périodiques.

Dans chacun des quatre pays, les chercheurs ont utilisé des loteries publiques pour attribuer au hasard des villages ou des quartiers à l'un des quatre groupes suivants :

  • Paquet entier: Les ménages participants de ce groupe de villages reçoivent toutes les composantes du programme énumérées ci-dessus (composantes 1 à 7).
  • Bras capital : Les ménages participants reçoivent toutes les composantes du programme énumérées ci-dessus, à l'exception des formations liées aux compétences de vie et aux normes sociales (composantes 2 et 4). En testant le programme avec et sans ces formations, les chercheurs évaluent si le fait de répondre aux aspirations et aux normes sociales des participants améliore l'efficacité globale du programme.   
  • Volet psychosocial : Les ménages participants reçoivent toutes les composantes du programme énumérées ci-dessus, à l'exception de l'importante subvention forfaitaire en espèces (composante 7). Étant donné que le transfert monétaire important est l'un des éléments les plus coûteux du programme, les chercheurs et les décideurs politiques souhaitent identifier le rapport coût-efficacité du transfert lui-même.
  • Groupe de comparaison : Ce groupe ne reçoit que l'aide à la consommation de base (composante 1).

L'équipe d'évaluation a recueilli des informations sur les revenus, les actifs, la consommation et la sécurité alimentaire des ménages, ainsi que sur la santé mentale au niveau individuel et l'autonomisation des femmes, afin d'évaluer l'impact des différents programmes sur le bien-être des participants.

Résultats et enseignements politiques

Des résultats sont attendus du Burkina Faso, de la Mauritanie et du Sénégal. 

Au Niger, les chercheurs ont comparé l'impact des trois programmes pour les participantes au programme, qui recevaient déjà des transferts monétaires mensuels par le biais d'un programme national de transfert monétaire mis en œuvre par le gouvernement du Niger.  Les trois packages ont entraîné des améliorations significatives pour les participants dans une gamme de résultats après six et dix-huit mois de participation au programme par rapport à un groupe de comparaison. Les participants ont bénéficié d'une sécurité alimentaire améliorée et d'une consommation des ménages plus élevée. Ils ont augmenté leurs investissements commerciaux et ont enregistré des revenus plus élevés, provenant principalement d'entreprises non agricoles. En outre, les trois packages ont conduit à une participation accrue aux groupes d'épargne. Il y a également eu des impacts positifs sur le bien-être psychologique et social et sur certaines dimensions de l'autonomisation des femmes. Les femmes des trois groupes ont connu une augmentation de leur autonomisation sociale et de leur contrôle sur leurs activités génératrices de revenus et leurs revenus. Cependant, cela n'a pas conduit à une augmentation du pouvoir sur la prise de décision des ménages.

Les impacts sur le bien-être, la sécurité alimentaire et les activités génératrices de revenus ont eu tendance à être les plus importants pour l'ensemble du programme. Seules de petites différences d'impact sont apparues entre le volet capital et le volet psychosocial. Par exemple, les améliorations du bien-être psychologique et social ainsi que de l'engagement communautaire et de l'action collective ont été les plus fortes pour le volet psychosocial et l'ensemble complet. Les effets de chaque bras ont également changé avec le temps. Le bras capital a mieux fonctionné que le bras psychosocial à six mois, mais à dix-huit mois, les impacts sont similaires.

L'équipe de recherche a également évalué le rapport coût-efficacité de chaque bras de l'étude. Dix-huit mois après le début du programme, le volet psychosocial était le plus rentable en termes de consommation des ménages, avec un rapport coût-bénéfice de 126 %. Viennent ensuite le package complet (95 %) et le package capital (58 %). Il convient de noter que ces ratios coûts-avantages évolueront au fil du temps, selon que les participants continueront ou non à profiter d'une consommation des ménages plus élevée même après la fin du programme.

Ces résultats mettent en évidence la valeur de la prise en compte à la fois des contraintes psychosociales et financières dans les programmes de réduction de la pauvreté et du fait que ni les programmes de capital ni les programmes psychosociaux ne se substituent l'un à l'autre.

Sources

Voir, par exemple, Bandiera, Oriana, Robin Burgess, Narayan Das, Selim Gulesci, Imran Rasul et Munshi Sulaiman. 2017. « Marchés du travail et pauvreté dans les économies villageoises ». Le Journal trimestriel d'économie, 811-870; Banerjee, Abhijit, Esther Duflo, Nathanael Goldberg, Dean Karlan, Robert Osei, William Parienté, Jeremy Shapiro, Bram Thuysbaert et Christopher Udry. 2015. « Un programme à multiples facettes entraîne des progrès durables pour les personnes très pauvres : preuves de six pays ». Science 348 (6236) : 1260799 ; ou Banerjee, Abhijit, Dean Karlan, Robert Darko Osei, Hannah Trachtman et Christopher Udry. 2018. "Déballage a Multi-Programme à facettes à Créer un revenu durable pour le Très pauvre," Documents de travail du NBER 24271, Bureau national de recherche économique, Inc.

Le gouvernement a également été fortement impliqué dans la mise en œuvre de ce programme, dirigeant activement la prestation des groupes d'épargne, l'encadrement, l'accès au marché et les subventions en espèces. Compte tenu de l'utilisation du programme de transferts monétaires existant, de l'implication des responsables gouvernementaux et du faible coût du programme, il a un fort potentiel d'évolutivité s'il est efficace.


Banque mondiale. 2016. Pauvreté et prospérité partagée 2016 : S'attaquer aux inégalités. Washington, DC : Banque mondiale. doi : 10.1596/978-1-4648-0958-3.

Banque mondiale. 2017. Programme de protection sociale adaptative au Sahel : relever les défis du changement climatique et des risques de catastrophe pour les pauvres et les vulnérables. Washington, DC : Banque mondiale. http://documents.worldbank.org/curated/en/973501518153667496/Sahel-adaptive-social-protection-program-addressing-the-challenges-of-climate-change-and-disaster-risk-for-the-poor- et-vulnérable

Banque mondiale. 2020. Pauvreté et prospérité partagée 2020 : revers de fortune. Washington, DC : Banque mondiale. doi : 10.1596/978-1-4648-1602-4.

Banque mondiale. 2021. La Banque mondiale au Niger. Washington, DC, Banque mondiale. https://www.worldbank.org/en/country/niger/overview

07 septembre 2018