Enseigner les compétences socio-émotionnelles aux écoliers de Lima

Enseigner les compétences socio-émotionnelles aux écoliers de Lima

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstrait

Les recherches suggèrent que les enfants qui grandissent dans des environnements violents sont plus susceptibles de recourir à l’agressivité pour résoudre les conflits, et que l’exposition à une telle violence peut avoir un impact sur l’apprentissage des élèves. En outre, certaines études indiquent qu’il est important que les enfants acquièrent des compétences qui leur permettent de développer de la sympathie et de l’empathie envers les autres et d’entretenir des relations positives. Cependant, ces compétences socio-émotionnelles sont rarement intégrées dans les programmes scolaires formels, notamment dans les pays en développement. Cette étude mesure l'impact d'un programme gouvernemental au Pérou qui enseigne des compétences socio-émotionnelles aux écoliers sur le bien-être émotionnel, l'apprentissage, la satisfaction dans la vie et les résultats professionnels à long terme des élèves, ainsi que sur le climat scolaire.

Question de politique

Des recherches menées dans des pays développés suggèrent que les enfants qui grandissent dans des écoles, des foyers ou des communautés violents sont plus susceptibles d'utiliser l'agression pour résoudre des conflits, d'être perturbateurs à l'école et de devenir déprimés. De plus, l'exposition à la violence à la maison ou à l'école peut nuire à la santé et à l'apprentissage des élèves, augmenter le comportement criminel et même réduire l'emploi à l'âge adulte. Développer les compétences socio-émotionnelles des enfants, telles que la conscience de soi et l'autodiscipline, pourrait être un moyen de réduire les effets néfastes de grandir dans des quartiers violents en les aidant à négocier des situations émotionnelles. Cependant, il y a eu peu de recherches sur l'efficacité de ces programmes scolaires à améliorer les compétences socio-émotionnelles et cognitives des élèves, l'apprentissage ou d'autres résultats.

Contexte de l'évaluation

La violence à la maison, à l'école et dans les communautés est un problème qui touche de nombreux enfants au Pérou. Le taux de criminalité au Pérou est parmi les plus élevés d'Amérique latine.[I] La violence des gangs et la petite délinquance constituent une préoccupation particulière à Lima, la capitale. Environ 65 pour cent des écoles de la zone métropolitaine de Lima et de Callao, une ville voisine, connaissent des taux de violence élevés.

Selon la Banque mondiale, le manque de compétences socio-émotionnelles chez les adultes au Pérou entrave leur capacité à devenir et à rester employés.[Ii] De plus, cette recherche suggère que les compétences socio-émotionnelles sont essentielles pour améliorer la qualité de vie de tous les Péruviens, car les personnes ayant des compétences socio-émotionnelles plus élevées ont un potentiel de revenu accru à long terme, une meilleure santé, sont plus engagées dans leur communauté et, finalement, , sont plus heureux.

Détails de l'intervention

Des chercheurs se sont associés au ministère de l'Éducation pour mesurer l'efficacité de l'Escuela Amiga, un programme gouvernemental à grande échelle conçu pour développer les compétences socio-émotionnelles des élèves des écoles à risque au Pérou. Le programme utilisera un programme d'apprentissage socio-émotionnel (SEL) développé par le ministère péruvien de l'Éducation et la Banque mondiale pour les étudiants et les enseignants vivant ou travaillant dans des écoles à risque. Les enseignants reçoivent un programme et d'autres supports pédagogiques conçus pour enseigner des compétences telles que la communication, l'empathie, l'apprentissage, la résolution de problèmes et l'autorégulation. Pour contribuer à garantir la mise en œuvre efficace de l'Escuela Amiga, le programme comprend :

  • Une formation universitaire d'un an destinée aux enseignants sur le SEL et la manière d'améliorer le climat scolaire ;
  • Des équipes de spécialistes qui visitent les écoles une fois par semaine pour accompagner les enseignants, les élèves et les parents dans l'adoption des meilleures pratiques ;
  • Ateliers parascolaires, soutien scolaire, sports et autres activités impliquant parents et acteurs communautaires.

L'étude sera menée dans 700 petites et moyennes écoles publiques primaires et secondaires à partir de 308 groupes sélectionnés au hasard dans 16 districts avec des taux élevés de violence. La moitié sera sélectionnée pour recevoir le programme, et l'autre moitié ne recevra pas le programme et servira de groupe de comparaison.

Les chercheurs utiliseront des enquêtes et des données administratives pour mesurer l'effet de l'Escuela Amiga sur les résultats d'apprentissage, le bien-être émotionnel et les compétences socio-émotionnelles des élèves, ainsi que sur le climat scolaire, y compris les niveaux de violence et d'intimidation. En outre, la conception de l'évaluation permettra aux chercheurs de mesurer les effets à long terme du programme sur les résultats du travail, la santé et les comportements à risque des participants, tels que la grossesse chez les adolescentes, la consommation de drogues et les activités des gangs.

Résultats et enseignements politiques

Le nouveau gouvernement a annulé le programme avant la fin de l'évaluation en raison de changements de priorités.

Sources

[I] Projet d'opinion publique en Amérique latine (2012). Culture politique et démocratie au Pérou. P.88

Extrait de: http://www.vanderbilt.edu/lapop/peru/Peru-2012-Report.pdf

[Ii] Banque mondiale (2011). Renforcement des compétences et de l'employabilité au Pérou : rapport final. (Rapport de recherche de la Banque mondiale n° 61699-PE). Extrait de http://www-wds.worldbank.org/external/default/WDSContentServer/WDSP/IB/2... http://documents.worldbank.org/curated/en/2011/05/14963817/strengthening-skills-employability-peru-final-report

02 décembre 2014