Tester l'efficacité des paiements pour les services écosystémiques afin d'améliorer la conservation en Ouganda

Tester l'efficacité des paiements pour les services écosystémiques afin d'améliorer la conservation en Ouganda

Photo principale
Champ incendié à l’orée d’une forêt en Ouganda. © 2017 Megan Kearns
Dans cette image
Légende de la sous-image
Champ incendié à l’orée d’une forêt en Ouganda. © 2017 Megan Kearns
Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstrait

Freiner la déforestation dans les pays en développement peut être un moyen rentable de réduire les émissions de carbone et de lutter contre le changement climatique. Innovations for Poverty Action a travaillé avec des chercheurs pour évaluer l'efficacité d'un programme de paiements pour les services écosystémiques (PSE), dans le cadre duquel les propriétaires fonciers ougandais étaient payés pour ne pas couper d'arbres forestiers sur leur propriété. Au cours de la période d'étude, les propriétaires fonciers qui se sont vu proposer des contrats de conservation des forêts ont défriché 4 % des terres boisées, contre 9 % dans les villages où le programme n'était pas proposé. Cela équivaut à retarder la libération de 3000 46 tonnes métriques de dioxyde de carbone par village dans l'atmosphère, à un coût de XNUMX cents la tonne.

Question de politique

La déforestation est la deuxième plus grande source d'émissions de carbone créées par l'homme, après les combustibles fossiles. Lorsque les arbres sont coupés, ils cessent d'absorber le dioxyde de carbone de l'atmosphère et, lorsqu'ils se décomposent ou sont brûlés, ils libèrent du carbone stocké dans l'atmosphère. Freiner la déforestation dans les pays en développement est potentiellement un moyen très rentable de réduire les émissions de carbone et de lutter contre le changement climatique. L'ONU a établi le Programme REDD+ (Reducing Emissions from Deforestation and Degradation) pour récompenser les pays à faible revenu pour la préservation des terres forestières. Malgré un intérêt et des investissements croissants dans la réduction de la déforestation, peu de recherches rigoureuses ont été menées sur les moyens les plus rentables de le faire. 
 
Une approche politique consiste à fournir des paiements pour les services écosystémiques (PSE), où les individus sont payés pour s'abstenir de comportements préjudiciables à l'environnement, tels que l'abattage d'arbres sur leurs terres. Les programmes de PSE sont de plus en plus populaires, en particulier dans les pays en développement, car ils sont volontaires et n'obligent donc pas les gens à protéger l'environnement ni à les appauvrir en leur retirant une source essentielle de revenus. Cependant, on ne sait pas quelle part des paiements va aux propriétaires forestiers qui n'avaient de toute façon pas l'intention d'abattre des arbres. En outre, les individus pourraient se conformer aux contrats de terres couvertes pour recevoir un paiement mais déplacer les activités de déforestation vers d'autres terres. Il s'agit de la première évaluation aléatoire d'un programme de PSE contre la déforestation, conçue pour mesurer son efficacité et son rapport coût-efficacité.
 

Contexte de l'évaluation

Entre 2000 et 2010, l'Ouganda a perdu des forêts à un taux de 2.6 % par an, le troisième plus élevé de tous les pays du monde. Le taux est encore plus élevé sur les terres privées, qui représentent environ 70 % des forêts ougandaises. Ces forêts abritent des chimpanzés en voie de disparition, que les touristes peuvent visiter en Ouganda pour voir, et les zones boisées offrent une protection contre les inondations et les bassins versants. 
 
Le projet a eu lieu dans les districts de Hoima et Kibaale, qui sont situés dans la zone équatoriale de l'ouest de l'Ouganda et ont certains des taux de déforestation les plus élevés du pays. Ces districts sont à prédominance rurale et regroupent une population d'environ 750,000 XNUMX habitants. Le projet PSE s'adressait spécifiquement aux propriétaires fonciers privés de terres boisées, car ce sont eux qui décident de déboiser ou non leurs terres. Les propriétaires terriens de la région coupent souvent des arbres pour défricher des terres afin de cultiver des cultures pour leur propre consommation, ou dans certains cas des cultures commerciales telles que le tabac, ou pour vendre les arbres comme bois ou pour la production de charbon de bois.
 

Détails de l'intervention

Innovations for Poverty action a travaillé avec des chercheurs pour tester l'impact d'un programme de PSE sur la conservation des forêts. Les chercheurs ont assigné au hasard 121 villages dans les districts de Hoima et Kibaale en Ouganda pour recevoir le programme PSE (60 villages) ou pour le groupe de comparaison (61 villages). 
 
Dans les villages bénéficiant du programme, une association locale à but non lucratif, Chimpanzee Sanctuary and Wildlife Conservation Trust (CSWCT), a proposé aux propriétaires de terres forestières un contrat en vertu duquel ils pourraient recevoir des paiements annuels de 70,000 28 shillings ougandais (équivalent à 56 USD) par hectare pour la conservation des forêts. atterrir. Les propriétaires fonciers étaient tenus de s'abstenir de couper des arbres sur leurs terres (à quelques exceptions près) et pouvaient recevoir des paiements supplémentaires pour la plantation de nouveaux arbres sur une partie de leurs terres. Le propriétaire foncier moyen possédait deux hectares de superficie forestière, ce qui lui permettait de gagner jusqu'à 5 dollars EU par an (environ 20 % du revenu annuel moyen). Ce montant était comparable à ce que les propriétaires fonciers pouvaient gagner en vendant le bois d'un gros arbre, soit environ 40 à XNUMX dollars. Les employés du CSWCT ont surveillé le respect du contrat en procédant à des contrôles ponctuels aléatoires pour rechercher des signes d'abattage d'arbres. Le programme a duré deux ans.
 
Les propriétaires fonciers ont été interrogés avant le début du programme et un an et demi après son lancement. Les géomètres ont mesuré les coordonnées GPS des maisons des propriétaires fonciers, ce qui a permis aux chercheurs de confirmer indépendamment le nombre d'arbres autour de la propriété de chaque propriétaire foncier à l'aide de satellites commerciaux. Un algorithme informatique a déterminé si chaque pixel de l'image satellite (mesurant 1.5 sur 2.4 mètres) contenait un arbre au début et à la fin de la période d'étude.
 

Résultats et enseignements politiques

Même avec des taux de participation relativement faibles, le programme PSE semble avoir été un moyen efficace et rentable d'éviter la libération de dioxyde de carbone.
 
Prendre: La participation au programme était relativement faible, à 32 %, même si le programme était conçu pour être simple et à faible risque pour les propriétaires fonciers (les agriculteurs ne recevraient pas de paiements s'ils abattaient des arbres, mais il n'y avait pas d'autres engagements ou pénalités). Les entretiens qualitatifs suggèrent que les deux tiers des personnes qui ne se sont pas inscrites n'étaient tout simplement pas au courant du programme ou ont rencontré des problèmes logistiques lors du processus d'inscription. Une petite minorité a déclaré ne pas s'être inscrite parce qu'elle n'était pas intéressée par le programme.
 
Paiements: Le propriétaire foncier moyen qui a participé au programme a reçu l'équivalent de 113 dollars américains, soit environ 80 % du montant maximum auquel il était éligible. L'essentiel des paiements (89 %) était destiné à éviter la déforestation, plutôt qu'à planter de nouveaux plants.
 
Effets sur la déforestation: Malgré le nombre relativement faible de propriétaires fonciers participants, le programme a entraîné une réduction significative de la déforestation dans les villages où il opérait. Alors que la couverture arborée dans les villages de comparaison a diminué de 9.1 % au cours de l'étude, ce nombre était de 4.2 % dans les villages bénéficiant du programme. Il en est résulté un coût estimé à 0.46 USD par tonne de carbone dont l'entrée dans l'atmosphère est retardée, soit environ la moitié du coût social du carbone - l'impact économique négatif global de la pollution par le carbone sur la société - que l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis estime être aux États-Unis. 1.11 $ la tonne pour le retard induit par le programme. En comparaison, les programmes conçus pour réduire la pollution, tels que les subventions aux voitures électriques ou les incitations à passer à des appareils plus efficaces, peuvent coûter plus de dix fois le coût social des émissions de carbone qu'ils évitent.
 
Effets non intentionnels: Certains craignent que les programmes de PSE n'attirent que les propriétaires fonciers qui auraient gardé leurs forêts intactes sans le programme ou qu'ils poussent les propriétaires fonciers à déplacer l'abattage des arbres vers d'autres terres. Les chercheurs n'ont trouvé aucune preuve pour l'une ou l'autre de ces préoccupations. En fait, le programme a semblé attirer des propriétaires fonciers qui auraient eu des taux d'abattage d'arbres plus élevés s'ils n'avaient pas participé au programme, et les données satellitaires ont montré que les participants n'ont pas déplacé l'abattage d'arbres vers d'autres zones en collusion avec leurs voisins ou en coupant abattre des arbres sur des zones non couvertes par des contrats.
 
Effets sur les ménages: Le programme était financièrement neutre pour la plupart des participants, car il n'y a eu ni augmentation ni diminution des dépenses ou des emprunts. Le programme a amené les propriétaires fonciers à patrouiller plus souvent sur leurs propres terres et ils sont devenus moins susceptibles de permettre à des voisins sans terre de ramasser du bois de chauffage sur leur propriété (même si la collecte de bois tombé était autorisée). Comme les non-propriétaires sont généralement plus pauvres que les propriétaires, le programme peut avoir eu un impact négatif sur les membres les plus pauvres de la communauté. 
26 juillet 2016