Rappels par SMS pour le traitement du paludisme

Rappels par SMS pour le traitement du paludisme

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Résumé des principaux résultats

Les rappels par SMS au Ghana ont augmenté l'adhésion au traitement antipaludique de cinq points de pourcentage. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour développer le contenu et la fréquence des messages texte les plus efficaces, et pour faire la lumière sur les raisons pour lesquelles les gens ne terminent pas leur traitement.

Abstrait

Un seul médicament, l'artémisinine, est pleinement efficace dans le traitement du paludisme en Afrique subsaharienne et est donc au cœur de la lutte mondiale contre le paludisme ; cependant, de nombreux patients ne terminent pas le traitement complet du paludisme. La non-observance peut augmenter le risque de résistance aux médicaments, sapant considérablement les efforts de lutte contre la maladie. Cette évaluation randomisée dans le nord du Ghana était une première tentative pour évaluer l'impact des rappels par SMS aux patients sur l'observance du traitement antipaludique. Les résultats ont indiqué que les rappels par SMS augmentaient l'adhésion au traitement ACT de cinq points de pourcentage en moyenne, par rapport au groupe de comparaison. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour développer le contenu et la fréquence des messages texte les plus efficaces, et pour faire la lumière sur les raisons pour lesquelles les gens ne terminent pas leur traitement.

Question de politique

En 2013, le paludisme a tué plus de 600,000 XNUMX personnes dans le monde, dont plus de la moitié étaient des enfants de moins de cinq ans.  . Malgré les efforts internationaux massifs déployés au cours des dernières décennies pour lutter contre la maladie, le paludisme reste l'une des principales causes de décès de jeunes enfants dans le monde. La grande majorité des décès dus au paludisme dans le monde – 92 % – surviennent en Afrique subsaharienne  . La majorité des décès dus au paludisme en Afrique sont causés par le parasite du paludisme le plus virulent, P. falciparum. Le parasite a déjà développé une résistance généralisée à plusieurs classes de médicaments antipaludiques, laissant les combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine (ACT) comme le seul traitement pleinement efficace contre le paludisme dans la région. Les patients doivent terminer leur traitement complet pour prévenir la résistance, mais beaucoup arrêtent de prendre les médicaments une fois qu'ils se sentent mieux. Il existe déjà des preuves de la résistance de P. falciparum à l'artémisinine en Asie du Sud-Est. Les experts en santé publique sont profondément préoccupés par le développement et la propagation de la résistance en Afrique.

Cette étude examine l'impact des rappels par SMS sur l'achèvement du traitement ACT. La Clinton Health Access Initiative, le principal partenaire de cette évaluation, utilise les résultats de cette étude et des études connexes en Ouganda (voir ici et ici), Kenyaet Zambie pour éclairer la politique mondiale sur le diagnostic et le traitement du paludisme.

Contexte de l'évaluation

Le paludisme est l'une des principales causes de maladie au Ghana, en particulier chez les jeunes enfants. Deux programmes ont accru l'accès des patients aux ACT pour traiter le paludisme. Tout d'abord, le Ghana était un pays pilote pour l'Affordable Medicines Facility – malaria (AMFm) du Fonds mondial, qui visait à élargir l'accès aux ACT en subventionnant fortement leur coût. Deuxièmement, le Ghana a mis en place un régime national d'assurance maladie depuis 2004, qui permet aux membres inscrits de recevoir gratuitement des ACT. Cette étude a eu lieu à Tamale et dans ses environs, la capitale de la région nord du Ghana.

Détails de l'intervention

Cette évaluation randomisée, menée auprès de 1,140 2011 participants sur une période de cinq mois en XNUMX, a évalué l'impact des rappels par SMS sur la fin ou non des ACT par les patients.

Les enquêteurs de l'IPA ont recruté des participants dans des hôpitaux publics et privés, des cliniques, des pharmacies, des vendeurs de produits chimiques agréés et d'autres fournisseurs. Les vendeurs ont identifié les personnes qui achetaient des médicaments contre le paludisme, leur ont donné un dépliant avec des instructions pour s'inscrire à un système mobile d'information sur le paludisme et les ont dirigés vers des enquêteurs. Les enquêteurs ont administré un questionnaire initial aux participants volontaires et éligibles.

Ceux qui se sont inscrits au système de messagerie texte ont été assignés au hasard à l'un des groupes de traitement ou au groupe de comparaison. Les participants assignés au hasard à l'un des groupes de traitement ont reçu un rappel toutes les 12 heures (pour chacune des six doses d'ACT) pendant 60 heures. La moitié a reçu un court message, "S'il vous plaît, prenez vos médicaments contre le PALUDISME!" et l'autre moitié a reçu le même message avec une déclaration supplémentaire : « S'il vous plaît, prenez vos médicaments contre le PALUDISME ! Même si tu te sens mieux, tu dois prendre tous les comprimés pour tuer tout le paludisme. Les 538 participants du groupe de comparaison n'ont reçu aucun message durant cette période.

Les enquêteurs de l'IPA ont suivi tous les patients à leur domicile entre trois et quatre jours après avoir parlé avec l'IPA chez le vendeur, lorsque le cours du traitement ACT devait être terminé. Les enquêteurs ont évalué l'adhésion en recueillant une auto-évaluation détaillée. Ils ont complété ces informations par un inventaire complet des médicaments dans le ménage et en demandant à voir le paquet de pilules ACT restant. L'IPA a également interrogé les répondants sur les symptômes du paludisme, les schémas de recherche de soins, la sensibilisation au paludisme et les médicaments antipaludiques.

Résultats et enseignements politiques

Les résultats ont indiqué que de simples rappels par SMS augmentaient les chances d'adhésion au traitement ACT de cinq points de pourcentage par rapport au groupe de comparaison. La réception d'un message plus long n'a pas eu d'impact significatif par rapport au groupe de comparaison.

Sur les 538 participants du groupe de comparaison, 61.5 % ont déclaré avoir terminé le traitement. Sur les 572 participants du groupe de traitement, 66.4 % ont déclaré avoir terminé le traitement. Parmi les participants qui ont reçu le message le plus long, 64.1 % ont terminé leur traitement, ce qui n'a pas eu d'impact statistiquement significatif.

L'impact des rappels par SMS variait d'un groupe à l'autre. Par exemple, le rappel par SMS a plus que doublé les chances d'adhésion chez les femmes, mais n'a pas eu d'impact statistiquement significatif sur l'adhésion chez les hommes. Chez les participants des cliniques privées, le rappel par SMS a augmenté l'achèvement de 14 points de pourcentage, tandis que chez les patients des hôpitaux publics, l'augmentation était inférieure à 2 points de pourcentage par rapport au groupe de comparaison.

En bref, les résultats de cette étude suggèrent qu'un simple rappel par SMS peut augmenter l'achèvement du traitement antipaludique, ce qui est important à la fois pour la guérison complète des patients et pour le maintien de l'efficacité des ACT pour tous. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour développer le contenu et la fréquence des messages texte les plus efficaces.

Sources

Les chercheurs tiennent à remercier la Clinton Health Access Initiative, Jessica Cohen, Emmanuel Okyere Jr., Jessica Kiessel, Pace Phillips, Suvojit Chattopadhyay, Carolina Corral, Mollie Barnathan, Usamatu Salifu, Becky Antwi et toute l'équipe IPA-Ghana pour leur contributions inestimables au projet. Ils tiennent également à remercier les fournisseurs hôtes et les patients pour leur participation à l'étude.

le 13 mars 2015