Autonomisation et moyens de subsistance pour les adolescents en Sierra Leone

Autonomisation et moyens de subsistance pour les adolescents en Sierra Leone

Photo principale
Adolescente participant à une enquête de référence du programme ELA
Dans cette image
Légende de la sous-image
Une adolescente participant à une enquête de base du programme ELA. © 2014 Gieltje Adriaans
Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstrait

Les adolescentes vivant dans des contextes à faible revenu peuvent être piégées dans un cercle vicieux qui les empêche d’accéder à un emploi, d’obtenir de meilleurs résultats en matière de santé et d’autonomie reproductive. Les chercheurs ont évalué l'impact d'un programme en Sierra Leone appelé Empowerment and Livelihood for Adolescents (ELA) qui vise à résoudre ce problème en regroupant l'éducation sanitaire, la formation professionnelle et le microcrédit. Parallèlement à cette intervention, l'épidémie d'Ebola de 2014-2015 a entraîné la fermeture d'écoles dans toute la Sierra Leone. Les chercheurs ont découvert que, même si les filles connaissaient davantage de grossesses chez les adolescentes et une moindre fréquentation scolaire après Ebola, les clubs ELA atténuaient bon nombre de ces effets négatifs. 

Question de politique

Les adolescentes des pays à faible revenu semblent piégées dans un cercle vicieux dans lequel leurs faibles compétences et leurs faibles opportunités sur le marché du travail les incitent à se tourner vers des hommes (souvent plus âgés) pour obtenir un soutien financier ; cela augmente les chances de procréer, ce qui, à son tour, réduit encore davantage les chances d'acquérir des compétences utiles et de participer ultérieurement au marché du travail. Les fermetures d'écoles résultant d'épidémies virales peuvent potentiellement exacerber ces risques en réduisant le temps passé loin des hommes plus âgés, augmentant ainsi potentiellement l'exposition aux grossesses précoces et aux abus sexuels. Dans Recherche précédente En Ouganda, des chercheurs ont découvert qu'une combinaison d'éducation sanitaire et de formation professionnelle peut aider les filles à accroître leur participation scolaire et à réduire le risque de grossesse. Cette étude examine si un programme similaire pourrait être utile pour réduire les effets négatifs des fermetures d'écoles provoquées par une épidémie sur le temps passé avec les hommes, la grossesse et la scolarisation.

Contexte de l'évaluation

En Sierra Leone, les femmes sont fréquemment confrontées à la violence et à l'exploitation basées sur le genre. Cinquante et un pour cent des femmes en Sierra Leone déclarent avoir été victimes de violences physiques, sexuelles ou émotionnelles de la part d'un mari ou d'un partenaire. La Sierra Leone est également l'un des pays les moins égalitaires selon l'indice d'égalité des sexes du PNUD et a le taux de mortalité maternelle le plus élevé de tous les pays. Sur les 4,700 18 filles et femmes interrogées pour cette intervention, âgées en moyenne de 28 ans, 16 pour cent étaient mariées et près de la moitié avaient des enfants. Pour les femmes mariées, l’âge moyen du mariage était de 46 ans, tandis que l’âge moyen de leurs maris était presque le double. Parmi les femmes en couple, 75 pour cent ont signalé des violences conjugales. Même parmi celles qui ne sont pas mariées, la grossesse est un facteur de risque important : 15 pour cent de l'échantillon ont déclaré être sexuellement actives, à partir d'un âge moyen légèrement inférieur à 12 ans. De telles activités peuvent limiter les opportunités de carrière des filles, puisque seulement XNUMX pour cent des personnes âgées des personnes interrogées les villages témoins, par exemple, pensaient que les femmes devraient être autorisées à poursuivre leurs études lorsqu’elles sont enceintes. 

L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 avait le potentiel d'exacerber encore davantage les risques de grossesse, d'abus sexuels et d'abandon scolaire chez les filles. Environ la moitié de tous les cas enregistrés au cours de l'épidémie provenaient de Sierra Leone, et le pays a fermé toutes les écoles primaires et secondaires au cours de l'année scolaire 2014-2015. Ces fermetures pouvaient à la fois réduire l'éducation des filles et accroître leur exposition aux hommes plus âgés, ce qui a été exacerbé par la décision du gouvernement de Sierra Leone en avril 2015 d'interdire aux « filles visiblement enceintes » de se réinscrire dans les écoles lors de leur réouverture. 

Détails de l'intervention

Les chercheurs se sont associés à BRAC, une ONG qui a mis en œuvre plus de 9,000 1993 clubs d’autonomisation et de moyens de subsistance pour les adolescents (ELA) dans le monde depuis 200, pour mener une évaluation randomisée afin de tester l’impact des clubs ELA sur la fréquentation scolaire et les grossesses chez les adolescentes. Les chercheurs ont réparti au hasard XNUMX villages des districts de Port Loko, Kambia, Moyamba et Pujehun en Sierra Leone en deux catégories :

  • Villages ELA : 150 villages ont été dotés d'un club ELA. Ces clubs n’avaient pas de frais d’adhésion et étaient initialement destinés à être ouverts cinq jours par semaine et à offrir un espace sûr à toutes les femmes et filles de la région. Les programmes étaient animés par des mentors formés par le BRAC, qui étaient des adolescentes plus âgées de la même communauté et dispensaient des formations aux compétences de vie, ainsi que par des professionnels formés du BRAC qui dirigeaient des formations professionnelles. Différents programmes ont été proposés au sein des clubs ELA en fonction des villages : 50 villages ont reçu uniquement une formation aux compétences de vie, 50 ont reçu une formation aux compétences de vie et une formation professionnelle, et 50 ont reçu une formation aux compétences de vie, professionnelle et en microfinance. 
  • Villages de comparaison : 50 villages témoins n’ont pas reçu de club ELA. 

Les chercheurs ont en outre mené une série d’enquêtes avant, pendant et après leur intervention. Ils ont mené une enquête de base entre février et mai 2014, interrogeant 5,775 12 femmes âgées de 25 à 200 ans dans les 2016 villages sur leur statut éducatif, leurs activités sur le marché du travail, leurs comportements sexuels et comment elles répartissaient leur temps entre les activités hebdomadaires. Ils ont mené leur enquête finale entre février et mars 2019, après que l’épidémie d’Ebola se soit largement dissipée. Entre le début et la fin, le travail sur le terrain a été suspendu dans tout le pays, c'est pourquoi les chercheurs ont mené des enquêtes téléphoniques auprès des mentors des clubs ELA concernant le fonctionnement des clubs, et auprès des chefs de village concernant l'impact d'Ebola dans leur région. Enfin, les chercheurs ont mené une enquête de suivi entre juin 2020 et janvier XNUMX pour mesurer les résultats à long terme pour les femmes et les filles. 

Résultats et enseignements politiques

Après l’épidémie d’Ebola, les femmes de l’échantillon ont passé plus de temps avec les hommes, étaient plus susceptibles de tomber enceintes et moins susceptibles de s’inscrire à l’école. Cet effet était particulièrement concentré chez les filles vivant dans des villages que les chercheurs considéraient comme présentant un risque de grossesse plus élevé. Cependant, les clubs ELA ont atténué bon nombre de ces résultats, en particulier dans les villages à haut risque de grossesse, et les effets des clubs ELA sur la grossesse et l'éducation sont restés significatifs dans les enquêtes de suivi des années plus tard. 

Participation aux clubs : Les villages dotés de clubs ELA ont enregistré une fréquentation relativement élevée lors de leur fonctionnement. Soixante-dix pour cent des clubs ont ouvert à l'heure et 71 pour cent des femmes et des filles des villages dotés de clubs ELA ont assisté à au moins une réunion (contre 4 pour cent de celles qui vivaient dans des villages témoins). Dans tous les villages, les femmes et les filles passaient en moyenne 3 heures par semaine dans les clubs ELA.

Temps passé avec les hommes : En l’absence de clubs ELA, les filles et les femmes des villages à haut risque de grossesse pendant l’épidémie d’Ebola ont passé plus de temps avec les hommes de 1.27 heure en moyenne (soit une augmentation de 50 %) par rapport à celles des villages à faible risque de grossesse. Dans les villages à haut risque dépourvus de clubs ELA, les grossesses chez les adolescentes ont augmenté de 10.5 points de pourcentage par rapport aux villages à faible risque. Cependant, les filles des villages à haut risque dotés de clubs ELA passaient 1.86 heures de moins par semaine avec des hommes que leurs camarades des villages à haut risque sans clubs ELA, et les filles des villages à faible risque passaient 0.6 heure de moins par semaine avec des hommes lorsque leurs villages avaient des clubs ELA. Clubs ELA. En conséquence, le risque de grossesse associé au fait de vivre dans un village à haut risque de grossesse a été complètement inversé par la présence d'un club ELA dans ce village. Ces résultats indiquent que les clubs ELA offraient un cadre social sûr permettant aux femmes de passer leur temps comme alternative aux hommes avec lesquels elles étaient sexuellement actives. 

Résultats scolaires : L'effet des clubs ELA sur la fréquentation scolaire variait selon que le village était classé comme à haut risque ou à faible risque. Dans les villages de comparaison sans clubs ELA, le passage d’un village à faible risque à un village à haut risque a diminué le taux de scolarisation de 17 points de pourcentage. Cependant, le taux de scolarisation était de 8.5 points de pourcentage plus élevé dans les villages à haut risque dotés de clubs ELA que dans les villages à haut risque qui n'en disposaient pas ; Les clubs ELA ont ainsi effectivement réduit de moitié la baisse des inscriptions post-épidémique. En revanche, dans les villages à faible risque, la présence des clubs ELA a réduit la scolarisation de 5.2 points de pourcentage supplémentaires. De tels résultats suggèrent que, dans les villages à haut risque de grossesse, la présence d’ELA pourrait avoir suffisamment réduit les grossesses pour stimuler la scolarisation nette. Cependant, dans les villages à faible risque de grossesse, le temps consacré à l'école et aux activités d'ELA peut avoir compensé l'augmentation de la fréquentation scolaire due au faible risque de grossesse. 

Suivis à long terme : Les chercheurs ont découvert des effets persistants dans les villages à haut risque et dans les clubs ELA dans leurs enquêtes de suivi de 2019-2020. Les villages non-ELA à haut risque avaient un taux de grossesse 15 points de pourcentage plus élevé que les villages non-ELA à faible risque, et les taux de fréquentation scolaire étaient inférieurs de 11 points de pourcentage. Cependant, la présence d’ELA module certains de ces effets : bien que les habitants des villages à haut risque consacrent près de 7 heures de moins par semaine aux activités d’apprentissage, la présence de clubs ELA dans les villages à haut risque a augmenté le temps d’apprentissage de 7.8 heures par semaine. 

Les chocs sanitaires présentent un risque sérieux de générer des inégalités entre les sexes, notamment en ce qui concerne l’éducation et la procréation. Toutefois, les interventions politiques peuvent jouer un rôle important dans la réduction de ces chocs négatifs, en particulier dans les régions les plus vulnérables. À la lumière de la pandémie contemporaine de Covid, les résultats des chercheurs suggèrent la valeur des interventions basées sur la santé et l'éducation pour les femmes et les filles, en particulier là où la maladie est susceptible de générer les impacts les plus disparates entre les sexes. 

En savoir plus sur le programme ELA Sierra Leone ici

En savoir plus sur les recherches précédentes sur le programme en Ouganda ici.

12 septembre 2023