L'impact des transferts électroniques par carte à puce sur la distribution publique

L'impact des transferts électroniques par carte à puce sur la distribution publique

Photo principale
Une photo prise lors de l'étude sur les cartes à puce dans l'État d'Andhra Pradesh, au sud de l'Inde. © 2011 Kshitij Batra
Dans cette image
Légende de la sous-image
Une photo prise lors de l'étude sur les cartes à puce dans l'État d'Andhra Pradesh, au sud de l'Inde. © 2011 Kshitij Batra
Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Abstrait

Les progrès de la technologie des paiements ont le potentiel d'améliorer l'efficacité des programmes de bien-être public lents et corrompus. Les chercheurs ont testé comment les cartes à puce, qui associaient les transferts électroniques à l'authentification biométrique, affectaient le fonctionnement de deux régimes de protection sociale gouvernementaux en Inde. Ils ont constaté que même si le nouveau système de carte à puce n'était pas entièrement mis en œuvre, il en résultait un processus de paiement plus rapide et moins corrompu sans nuire à l'accès au programme. Investir dans les cartes à puce était rentable et les bénéficiaires ont massivement approuvé le nouveau système de paiement.

Question de politique

Les programmes de protection sociale parrainés par l'État sont souvent limités par la corruption et l'inefficacité. Le problème est particulièrement préoccupant en Inde, où selon certaines mesures, seuls 15 % des dépenses consacrées aux programmes sociaux atteignent réellement les bénéficiaires visés. Une telle corruption pèse sur les finances de l'État et réduit l'impact potentiel des programmes gouvernementaux. Le transfert des avantages par le biais de systèmes de paiement qui utilisent l'authentification biométrique pour vérifier l'identité des bénéficiaires peut aider à relever ces défis. Les transferts électroniques sécurisés peuvent réduire les fuites financières, les coûts de transaction et le temps passé à accéder aux paiements. Cependant, la réduction d'une forme de corruption peut simplement la déplacer vers d'autres domaines, et le passage aux paiements électroniques peut également limiter la participation si les bénéficiaires ne s'enregistrent pas pour des cartes biométriques, s'ils perdent leurs cartes ou si des problèmes techniques les empêchent de recevoir des paiements.

Contexte de l'évaluation

En Inde, l'utilisation des nouvelles technologies de paiement suscite un intérêt généralisé pour améliorer les performances des programmes de protection sociale et accroître l'inclusion financière. En 2009, le gouvernement national a lancé une initiative ambitieuse, appelée Aadhaar, pour donner aux 1.2 milliard d'habitants des identifiants biométriques uniques, puis effectuer des paiements aux bénéficiaires des programmes sociaux via des comptes bancaires liés à ces identifiants.

Certains gouvernements d'État ont développé leurs propres systèmes de transfert électronique parallèlement au projet d'identification nationale. En 2006, le gouvernement de l'Andhra Pradesh, dans le sud-est de l'Inde, a lancé une initiative visant à passer à l'utilisation de « cartes à puce » pour transférer les prestations gouvernementales aux pauvres. Alors que le gouvernement a l'intention d'utiliser à terme les cartes à puce pour un large éventail de programmes, il a piloté leur utilisation avec deux grands programmes de protection sociale : le Mahatma Gandhi National Rural Employment Scheme (NREGS) - qui garantit aux ménages ruraux 100 jours d'emploi rémunéré par an - et Pensions de sécurité sociale (SSP) - qui verse des paiements mensuels aux personnes âgées, veuves et handicapées. En 2010, confronté à plusieurs défis logistiques, le gouvernement a décidé de relancer le programme dans huit districts où les cartes à puce n'avaient pas encore été déployées. Ces huit districts, répartis dans tout l'État, comptent une population rurale combinée d'environ 19 millions de personnes.

Détails de l'intervention

Les chercheurs ont utilisé une évaluation aléatoire pour évaluer l'impact des cartes à puce sur les fuites dans le NREGS et le SSP, et le bien-être des bénéficiaires du programme. Les chercheurs se sont associés au gouvernement de l'Andhra Pradesh pour randomiser le déploiement du programme dans les huit districts qui n'avaient pas encore reçu de cartes à puce en trois vagues sur deux ans. Le programme Smartcard a été introduit dans 113 mandals (sous-districts) lors de la première vague, 195 mandals lors de la deuxième vague et les 45 mandals restants lors de la troisième vague. L'analyse a comparé la première vague à recevoir le programme avec la troisième vague de mandals, où les cartes à puce n'ont été introduites qu'après l'enquête finale.

Le programme a introduit deux changements majeurs dans le système de paiement existant : il exigeait que les bénéficiaires authentifient biométriquement leur identité avant de percevoir les paiements, et il effectuait les paiements par l'intermédiaire d'un fournisseur de service client (CSP) dans chaque village, plutôt que dans un bureau de poste plus éloigné. Lorsque les bénéficiaires se sont inscrits au programme Smartcard, leurs empreintes digitales et une photographie ont été prises, et ils ont reçu un compte bancaire et une Smartcard, qui contenait une puce stockant les informations biométriques et bancaires.

Afin de percevoir un paiement, les bénéficiaires se sont rendus au CSP local, qui était généralement une femme ayant fait des études secondaires et appartenant à une caste traditionnellement défavorisée qui résidait dans le village. Le CSP gardait un petit appareil qui pouvait lire l'empreinte digitale du bénéficiaire et la faire correspondre avec les détails stockés dans la Smartcard. Si la correspondance réussissait, le CSP déboursait de l'argent et le dispositif d'authentification imprimait un reçu.

Résultats et enseignements politiques

Les chercheurs ont constaté que le programme Smartcard réduisait le temps nécessaire aux bénéficiaires pour recevoir les paiements, réduisait les fuites et augmentait la satisfaction des bénéficiaires, même s'il n'était pas entièrement mis en œuvre.

Prendre: Après deux ans, environ 81 % des villages de la première vague de déploiement du programme avaient installé le système de paiement par carte à puce pour le NREGS et 86 % l'avaient adopté pour le SSP. Dans les villages où le nouveau système de paiement était disponible, environ 65 % des paiements ont été effectués aux bénéficiaires avec des cartes à puce, ce qui signifie qu'un peu plus de 50 % de tous les paiements dans les zones de traitement ont été effectués à l'aide du nouveau système.

Délai de paiement: Dans les zones affectées à l'adoption du système de paiement par carte à puce, le temps que les bénéficiaires du NREGS ont consacré à la collecte des paiements a diminué de 21 minutes (une réduction de 19 % par rapport à 112 minutes). Le système a également réduit le délai entre le travail sur un projet NREGS et la collecte des paiements d'environ sept jours (une réduction de 21 % par rapport à 34 jours). Il n'y a eu aucun effet significatif sur le temps d'attente des bénéficiaires du PAS pour percevoir leurs paiements, mais contrairement aux paiements du NREGS, ces paiements ont été effectués au niveau du village avant l'adoption des cartes à puce.

Fuites : Les bénéficiaires du NREGS dans les zones désignées pour recevoir le système de carte à puce ont déclaré des revenus hebdomadaires de Rs. 35 de plus (une augmentation de 24% par rapport à Rs. 146). Cependant, il n'y a pas eu d'impact majeur sur le montant que le gouvernement a dépensé pour le programme NREGS, ce qui suggère une réduction des fuites. Il n'y a pas eu d'impact significatif sur les revenus des bénéficiaires du PAS, car ces prestations étaient fixes, mais il y a eu une réduction de 1.8 point de pourcentage de l'incidence des pots-de-vin exigés pour le versement du paiement (une réduction de 47 % par rapport à 3.8 %).

Satisfaction des bénéficiaires : Dans les enquêtes, 84 % des bénéficiaires du NREGS et 91 % des bénéficiaires du SSP ont préféré les cartes à puce au statu quo. Cependant, de nombreux destinataires craignaient de perdre leur carte à puce (53 % des bénéficiaires du NREGS et 62 % des bénéficiaires du SSP) ou ont déclaré avoir des problèmes avec le dispositif d'authentification (49 % des bénéficiaires du NREGS et 59 % des bénéficiaires du SSP).

Rentabilité : Les chercheurs ont estimé la valeur du temps que les bénéficiaires ont consacré à la collecte des paiements et ont constaté que la valeur des économies de temps pour les bénéficiaires (4.44 millions de dollars) était approximativement la même que le coût du nouveau système (4.25 millions de dollars) pour le NREGS. Bien que les économies de coûts aient été moins substantielles pour le SSP (320,000 1.85 USD, avec des coûts de système de 38.7 million d'USD), ces calculs suggèrent que les économies de temps pour les bénéficiaires peuvent parfois justifier à elles seules les coûts de mise en œuvre de technologies de paiement améliorées. En plus de ces gains d'efficacité purs, il y a eu une réduction estimée à XNUMX millions de dollars des fuites annuelles.

13 juillet 2016