Des espaces sûrs avec une formation professionnelle et des compétences de vie pour l'autonomisation économique et sociale des jeunes femmes en Ouganda

Des espaces sûrs avec une formation professionnelle et des compétences de vie pour l'autonomisation économique et sociale des jeunes femmes en Ouganda

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Une écolière pose pour une photo dans un cadre pédagogique. © 2023 Riccardo Mayer/Shutterstock.com

Dans cette image Une écolière pose pour une photo dans un cadre pédagogique. © 2023 Riccardo Mayer/Shutterstock.com

Abstrait

Pour les adolescentes d’Afrique subsaharienne, les préoccupations économiques et les défis liés à la santé sont liés. En Ouganda, des chercheurs ont examiné l'impact d'une combinaison de compétences essentielles et de formation professionnelle sur l'engagement des adolescentes dans des activités génératrices de revenus, le contrôle de leur corps et leurs aspirations. L’offre groupée de formations professionnelles et de compétences générales a conduit à des progrès substantiels en matière d’autonomisation économique et de contrôle du corps des adolescentes, qui ont persisté pendant quatre ans. 

Question de politique

Les pays à revenu faible ou intermédiaire sont confrontés à des défis liés à une croissance démographique rapide et à une proportion croissante de jeunes entrant sur le marché du travail. En Afrique subsaharienne, par exemple, 60 pour cent de la population a moins de 20 ans. Parmi les personnes actives, les femmes ont tendance à avoir des taux de chômage plus élevés que les hommes, et cela est particulièrement prononcé chez les jeunes. 

Pour les adolescentes, ces préoccupations économiques sont aggravées par des problèmes de santé, tels qu’un risque plus élevé de MST et d’infection par le VIH ainsi que de mariages et de grossesses précoces. Ces problèmes économiques et sanitaires sont clairement liés : le manque d'opportunités futures sur le marché du travail peut réduire les incitations à investir dans l'éducation des filles et conduire au mariage et à la procréation plus tôt dans l'adolescence, tandis que les grossesses et les mariages précoces chez les adolescentes peuvent limiter l'éducation et le marché du travail des filles. participation. Le fait de doter les filles de compétences essentielles et d’une formation professionnelle peut-il réduire leur incitation à se marier et à avoir des enfants tôt, et leur donner plus d’autonomie sur le marché du travail ?

Contexte de l'évaluation

L'Ouganda possède l'une des populations les plus jeunes au monde et les jeunes femmes sont plus susceptibles d'être au chômage que les hommes. Par rapport aux femmes des pays à revenus plus élevés, les Ougandaises ont un taux de fécondité trois à quatre fois plus élevé, et cet écart est plus prononcé chez les adolescentes âgées de 15 à 19 ans. 

Dans ce contexte de faibles taux d'emploi et de fécondité élevée, le programme d'autonomisation et de moyens de subsistance pour les adolescents (ELA) du BRAC Ouganda a fourni à la fois des compétences professionnelles pour permettre aux adolescentes de se lancer dans des activités génératrices de revenus à petite échelle et des compétences de vie pour acquérir des connaissances permettant aux filles de prendre des décisions éclairées. choix en matière de sexe, de reproduction et de mariage. ELA a fourni aux adolescentes âgées de 14 à 20 ans des compétences essentielles et une formation professionnelle dans des clubs de développement pour adolescents ouverts cinq après-midi par semaine après l'école. Des jeunes femmes de la communauté, légèrement plus âgées que les membres du club, dirigeaient les activités du club. 

La formation aux compétences de vie des clubs couvrait des sujets liés à la santé sexuelle et reproductive, ainsi que des sujets tels que la gestion et la négociation, le leadership et les connaissances juridiques sur les questions liées aux femmes telles que le prix de la mariée, le mariage des enfants et la violence à l'égard des femmes. Les clubs ont également dispensé une formation professionnelle pour des activités telles que la coiffure, la couture, l'informatique et l'agriculture, entre autres. Les clubs servaient d'espace dans lequel les adolescentes pouvaient se rencontrer, socialiser et discuter en privé de sujets de préoccupation.

Les adolescentes qui ont participé à cette étude avaient en moyenne 16 ans et 71 pour cent d’entre elles étaient inscrites à l’école. Dix pour cent étaient déjà mariés et 10 pour cent avaient au moins un enfant. Même si environ 30 pour cent des filles n’étaient pas scolarisées, seulement 6 pour cent exerçaient une activité indépendante et encore moins avaient un emploi salarié. Soixante pour cent ont déclaré s'inquiéter de ne pas trouver d'emploi à l'âge adulte. Avant le début de l'étude, plus de 14 % des personnes interrogées déclaraient avoir eu des relations sexuelles contre leur gré au cours de l'année écoulée.

Détails de l'intervention

En partenariat avec BRAC Ouganda, les chercheurs ont examiné l'impact d'une combinaison de compétences de vie et de formation professionnelle sur l'engagement des adolescentes dans des activités génératrices de revenus, le contrôle de leur corps et leurs aspirations. 

À partir d'un échantillon de 150 communautés desservies par l'une des dix succursales existantes du BRAC, les chercheurs ont sélectionné au hasard dix communautés dans chaque branche pour recevoir le programme ELA en 2008, tandis que cinq communautés dans chaque branche ont servi de groupe de comparaison. La formation professionnelle et les compétences de vie ont été dispensées pendant deux ans, après quoi les adolescentes étaient libres de continuer à utiliser les clubs comme espace social sûr, mais elles n'ont pas reçu de formation complémentaire. 

Afin de mesurer l'impact du programme ELA, les chercheurs ont mené des enquêtes deux et quatre ans après le début du programme. Les chercheurs ont collecté des données sur la participation des filles à la génération de revenus, leurs compétences analytiques, leur santé sexuelle et reproductive, leurs investissements dans l'éducation, leurs dépenses et d'autres mesures d'autonomisation économique et sociale.

Résultats et enseignements politiques

Les chercheurs ont découvert que l’offre groupée de formations professionnelles et de compétences générales a conduit à des progrès substantiels en matière d’autonomisation économique et de contrôle du corps des adolescentes, qui ont persisté pendant quatre ans.

Prendre: Vingt et un pour cent des adolescentes éligibles ont participé au programme ELA. Cela suggère qu'une part importante des filles souhaitaient acquérir des compétences grâce au programme ELA et n'étaient pas empêchées de participer par de faibles aspirations ou normes sociales. 

Émancipation économique: Après deux ans, les filles des communautés ELA étaient 6.8 points de pourcentage (67 pour cent) plus susceptibles de s'engager dans des activités génératrices de revenus par rapport à une moyenne du groupe de comparaison de 10 pour cent avant la mise en œuvre du programme. Cet effet a persisté pendant quatre ans, lorsque les filles des communautés ELA étaient 4.9 points de pourcentage (48 pour cent) plus susceptibles de participer à des activités génératrices de revenus, par rapport à une moyenne de 10 pour cent dans le groupe témoin avant la mise en œuvre du programme. Cette augmentation s’explique principalement par une participation accrue à des activités indépendantes, qui ne s’est pas faite au détriment de la scolarisation.   

Contrôle sur le corps: Le programme a accru les connaissances des filles sur le VIH et la grossesse par rapport aux adolescentes des communautés de comparaison. Parmi celles qui étaient sexuellement actives, ELA a augmenté la proportion de filles déclarant toujours utiliser un préservatif pendant les rapports sexuels de 13 points de pourcentage (29 %) deux ans après le début du programme, par rapport à une moyenne du groupe de comparaison de 44.6 % avant la mise en œuvre du programme. . Cependant, l’effet sur l’utilisation déclarée du préservatif s’est dissipé après quatre ans. Le programme a permis aux filles de devenir plus autonomes dans leurs relations avec les hommes. Les filles étaient 6.1 points de pourcentage (35 %) moins susceptibles de déclarer avoir eu des relations sexuelles contre leur gré par rapport au groupe de comparaison après deux ans, et 5.3 points de pourcentage (30 %) moins susceptibles après quatre ans. Le programme ELA a également réduit les grossesses précoces. Les filles des communautés ELA étaient 2.7 points de pourcentage (24 pour cent) et 3.8 points de pourcentage (34 pour cent) moins susceptibles de déclarer avoir des enfants après deux et quatre ans, respectivement. Les participants au programme étaient également 8 points de pourcentage (62 %) moins susceptibles d'être mariés ou de cohabiter après quatre ans. 

Aspirations: Le programme ELA a également modifié certaines attitudes et aspirations des adolescentes en matière d'emploi, de mariage et de procréation. Bien que le programme ait eu des impacts sur la plupart des résultats liés aux aspirations à court terme, presque tous ces impacts se sont estompés après quatre ans. Cependant, deux dimensions des changements ambitieux ont persisté pendant quatre ans : celles liées aux opinions des filles sur l'âge idéal pour le mariage et le début de la procréation. Quatre ans après le début du programme, l'opinion des filles sur l'âge idéal du mariage pour les femmes dans l'ensemble de la société était supérieure de 0.23 an à celle du groupe de comparaison (24 ans). De même, l'opinion des filles sur l'âge idéal auquel les femmes devraient avoir leur premier enfant a augmenté de 0.27 an par rapport à la moyenne du groupe de comparaison de 23.5 ans.   

Rapport coût-efficacité: Le programme ELA en Ouganda coûtait 17.90 USD par participant éligible, ce qui correspondait à moins de 1 pour cent du revenu annuel des ménages avant la mise en œuvre du programme. Même si bon nombre des avantages du programme ne peuvent pas être facilement monétisés, les chercheurs estiment que le programme a augmenté les revenus annuels moyens de 50 dollars américains. Ainsi, le programme ELA en Ouganda constituait une approche rentable pour améliorer toute une série de résultats économiques et sociaux pour les adolescentes.

Pris ensemble, ces résultats mettent en évidence le potentiel d’un programme multiforme qui fournit des compétences de vie et une formation professionnelle en tant qu’intervention politique viable et rentable pour améliorer l’autonomisation économique et sociale des adolescentes sur un horizon de quatre ans.