Les livres d'histoires favorisent l'alphabétisation de la petite enfance au Kenya

Les livres d'histoires favorisent l'alphabétisation de la petite enfance au Kenya

Blocs de contenu du modèle G
Bloc flexible CB30
Livre d'histoires kenyan
Dans cette image
Légende de la sous-image
Un livre de contes pour les jeunes enfants kenyans. Les questions que les parents peuvent poser avec leur enfant sont écrites en italique.
Sous-éditeur

Les livres d'histoires et l'engagement des parents sont essentiels pour développer les compétences linguistiques et lexicales des enfants, leur développement cognitif et leur préparation à l'école. Cependant, selon les Nations Unies, 97 % des ménages en Afrique subsaharienne possèdent deux livres pour enfants ou moins.[1] Le manque de ces ressources peut contribuer aux faibles niveaux d'alphabétisation des enfants de la région. Même au Kenya, l'un des pays les mieux éduqués d'Afrique, les enfants ont peu d'opportunités d'expériences de lecture en dehors de la salle de classe avant d'atteindre l'école primaire, en particulier dans les zones rurales. Une enquête menée en 2011 dans le comté de Kisumu, dans l'ouest du Kenya, a révélé que 84 % des enfants de moins de cinq ans vivaient dans des maisons sans un seul livre pour enfants.[2]

Les chercheurs ont développé une intervention dans le comté de Kisumu pour distribuer des livres d'histoires aux ménages et former les soignants sur la façon de s'engager avec leurs enfants tout en lisant. Les ménages ont reçu six livres kenyans avec du texte et des images en couleur : deux en anglais, deux en swahili et deux dans la langue locale Luo. Au total, 357 soignants et 510 enfants âgés de 2 à 6 ans ont participé à l'intervention. Les résultats d'intérêt comprenaient les compétences de développement du langage des enfants et la fréquence des interactions de lecture enfant-soignant. 

Les résultats ont montré que la distribution de livres d'histoires et, surtout, la formation sur la façon de parler de l'histoire augmentaient la probabilité que les soignants lisent à leurs enfants et augmentaient la compréhension des livres par les enfants. La formation des soignants a augmenté la fréquence et la qualité de l'engagement de lecture des soignants ainsi que la connaissance des mots de vocabulaire liés aux livres. Cependant, une formation supplémentaire n'a pas eu d'impact sur les résultats, indiquant qu'une session de formation était suffisante pour accroître l'engagement des soignants. Bien qu'il n'y ait pas eu de différences globales dans l'efficacité de l'intervention en fonction de la littératie des soignants, les enfants de soignants analphabètes ont connu la plus forte augmentation du vocabulaire expressif lié aux livres d'histoires.

Sources

1. Keeley, Brian et Céline Little. La situation des enfants dans le monde 2017 : les enfants dans un monde numérique. UNICEF. 3 Place des Nations Unies, New York, NY 10017, 2017.

2. Bureau national des statistiques du Kenya et Fonds des Nations Unies pour l'enfance (2011). Enquête en grappes à indicateurs multiples 2011, province de Nyanza. Consulté sur microdata.worldbank.org/index.php/catalog/2660.

Sous-éditeur

Nos partenaires

Bloc répéteur donneur
le 06 mars 2023