La formation des chefs de village traditionnels peut accroître l'accès financier en Zambie

La formation des chefs de village traditionnels peut accroître l'accès financier en Zambie

Photo principale
Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur
Réunion du groupe d’épargne FIT
Réunion du groupe d’épargne FIT ©IPA Zambie

Abstrait

Les chefs de village peuvent avoir un impact significatif en stimulant les activités d’inclusion financière dans leurs communautés, en particulier dans les zones reculées où les liens financiers formels sont limités. En Zambie, des chercheurs ont mené une évaluation randomisée pour mesurer l’impact d’un programme combinant la participation à des groupes d’épargne et une formation à l’inclusion financière pour les chefs de village. Les résultats ont montré que le programme augmentait la probabilité de réunions et de formations sur l'inclusion financière à l'échelle communautaire et la participation des ménages à celles-ci. Cela a également augmenté la participation aux groupes d’épargne et l’épargne totale.

Question de politique

L’inclusion financière formelle a considérablement augmenté en Afrique subsaharienne au cours de la dernière décennie, la possession de comptes bancaires ayant plus que doublé, passant de 23 % en 2011 à 55 % en 2021.1 Malgré cette croissance, la région reste à la traîne par rapport aux autres régions du monde en matière d’inclusion financière. Les banques villageoises et les groupes d’épargne sont des services informels courants dans les zones rurales auxquels les gens peuvent accéder, et ils ont démontré leur capacité à accroître les capacités financières dans tous les contextes.2 Cependant, la participation aux groupes d'épargne et aux activités financières communautaires varie selon les localités. Les données probantes du secteur agricole suggèrent que former les chefs de village aux activités recommandées, puis leur demander de transmettre leurs connaissances à la communauté, peut être efficace pour accroître l'adoption de ces activités.3 Cette méthode peut-elle être transposée dans tous les secteurs ? Les chefs de village peuvent-ils utiliser leurs connaissances pour améliorer les résultats en matière d’inclusion financière pour leurs communautés ?

Contexte de l'évaluation

En Zambie, l'inclusion financière a atteint près de 70 pour cent de la population en 2020, contre 59.3 pour cent en 2015.4 Cependant, de nombreuses personnes sont confrontées à des obstacles à l’inclusion, notamment des fonds limités, des frais de transaction élevés, le temps de déplacement et la méfiance à l’égard du secteur financier. L'organisation Financial Sector Deepening Zambia s'efforce d'accroître l'accès et l'utilisation de services financiers abordables dans tout le pays, en particulier pour les personnes issues de groupes vulnérables tels que les jeunes, les femmes et les ménages à faible revenu.5 Cela implique de tirer parti de l’influence et de l’autorité des chefs et chefs de village locaux – dont les rôles dans leurs communautés ont été renforcés dans la constitution – pour faciliter la compréhension et l’utilisation des services financiers. 

Détails de l'intervention

Les chercheurs se sont associés à Financial Sector Deepening Zambia pour mener une évaluation randomisée d'un programme combinant des groupes d'épargne villageois avec une formation destinée aux chefs de village pour mettre en œuvre des activités d'inclusion financière dans leurs communautés. 

Les principaux résultats intéressants du programme comprenaient le nombre de réunions et de formations organisées dans les communautés et la formation de groupes d'épargne et d'épargne. Les chercheurs ont également mesuré l'impact du programme sur les liens formels d'inclusion financière, la participation des chefs de village à la médiation financière et la prévalence des litiges financiers.

Au total, 2,063 146 ménages de XNUMX villages de la province de Luapula ont participé à l'intervention. Les chercheurs ont réparti au hasard les ménages dans les groupes suivants :

  • Groupe d'épargne uniquement : Les ménages étaient inscrits dans des groupes d'épargne.
  • Groupe d'épargne + formation des chefs de village (FIT) : Les ménages étaient inscrits dans des groupes d'épargne ; les chefs de village ont reçu une formation pour mettre en œuvre des activités d’inclusion financière dans leurs communautés.
  • Groupe d’épargne + formation en inclusion financière pour les leaders communautaires : Les ménages étaient inscrits dans des groupes d'épargne ; les villages ont sélectionné un membre de la communauté pour recevoir une formation afin de mettre en œuvre des activités d’inclusion financière.
  • Groupe de comparaison : Les villages n'ont reçu aucune intervention.

L'intervention s'est déroulée entre septembre 2021 et mars 2022. Les chercheurs ont mené une enquête auprès des ménages avant l'intervention en avril 2021 et une enquête après l'intervention en août 2022 pour mesurer son impact. 

Résultats et enseignements politiques

FIT a augmenté la probabilité d’organiser des réunions et des formations sur l’inclusion financière à l’échelle communautaire et d’y assister. FIT a également augmenté la participation aux groupes d’épargne de 59 pour cent et l’épargne de 119 pour cent par rapport au groupe de comparaison. 

Réunions et formations sur l’inclusion financière : Le FIT a augmenté de neuf points de pourcentage la probabilité de réunions et de formations sur l’inclusion financière à l’échelle communautaire au cours des 12 mois précédents (59 pour cent contre 50 pour cent dans le groupe de comparaison). La FIT a également augmenté la probabilité d'assister à ces réunions de 13 points de pourcentage (54 pour cent contre 41 pour cent dans le groupe de comparaison). 

Constitution de groupes d’épargne et épargne : FIT a augmenté la participation aux groupes d’épargne de 13 points de pourcentage (35 pour cent de participation des villageois par rapport à la moyenne du groupe de comparaison de 22 pour cent de participation des villageois, soit une augmentation de 59 pour cent). En outre, l'épargne a augmenté de 146 Kwachas zambiens (6.61 USD), soit une augmentation de 118 pour cent par rapport à la moyenne du groupe de comparaison de 122 Kwachas (5.56 USD).

Implication des chefs de village dans la médiation financière : Il n'y avait pas de différence significative dans l'impact entre le FIT et le groupe témoin sur le nombre de fois où les ménages se sont adressés aux chefs de village pour résoudre des conflits financiers. En revanche, le groupe des leaders communautaires a eu un impact positif. Cela est probablement dû à la formation mettant l'accent sur le rôle du responsable dans l'inclusion financière, et les dirigeants communautaires ont fait du bon travail en transmettant ces informations à leur communauté.

Litiges financiers : FIT a réduit le nombre de litiges financiers dans la communauté par rapport au groupe de comparaison, passant de 0.16 litige par personne au cours des douze derniers mois à 0.08 litige. Les conflits dans le groupe des dirigeants communautaires étaient similaires à ceux du groupe de comparaison.

Les résultats rapportés sont les résultats principaux ; Certaines autres conclusions supplémentaires doivent être expliquées, notamment certaines différences matérielles entre les résultats des enquêtes auprès des participants communautaires et ceux des chefs d'établissement. Les chercheurs mèneront des travaux plus qualitatifs en décembre 2023 pour finaliser les résultats.

Sources

1. Marie-Hélène Ferrer, Caroline Perrin, Luc Jacolin, « Afrique subsaharienne : l'écart financier entre hommes et femmes », Banque mondiale, 27 février 2023, https://blogs.worldbank.org/allaboutfinance/sub-saharan -afrique-finance-gender-gap-entre-hommes-et-femmes#:~:text=Selon%20to%20the%20World%20Bank,population%20respectivement%20have%20an%20account)

2. Karlan, Dean, Beniamino Savonitto, Bram Thuysbaert et Christopher Udry. "Impact des groupes d'épargne sur la vie des pauvres." Actes de l'Académie nationale des sciences 114, non. 12 (2017) : 3079-3084.

Beaman, Lori, Dean Karlan et Bram Thuysbaert. Épargner pour un jour (pas si) pluvieux : une évaluation randomisée des groupes d'épargne au Mali. N° w20600. Bureau national de recherche économique, 2014.

3. Beaman, Lori, Ariel Ben Yishay, Jeremy Magruder et Ahmed Mushfiq Mobarak. « Le ciblage basé sur la théorie des réseaux peut-il accroître l'adoption de la technologie ? » Revue économique américaine 111, non. 6 (2021) : 1918-1943.

4. Banque de Zambie, Rapport d'enquête FinScope Zambia 2020, (Lusaka : Banque de Zambie, 2020), https://www.boz.zm/FinScope-2020-Survey-Report.pdf

5.  Chipili Lumpa Mwaba, Kaite Kayanike Mwenya, Evelyn Mulenga, « Financial Inclusion Through Traditional Leadership », Financial Sector Deepening Zambia, 1er février 2023 https://www.fsdzambia.org/financial-inclusion-through-traditional-leadership/

Bloc flexible CB30