Effets sociaux à l'ère de la finance numérique

Effets sociaux à l'ère de la finance numérique

Blocs de contenu du modèle G
Sous-éditeur

Voir cette page en espagnol

CONSAR-Photo.jpg

La transition de services financiers informels, basés sur le groupe, vers des services financiers formels, individuels et numériques peut avoir des conséquences imprévues, telles que la réduction des effets positifs liés à la pression sociale. Un remède possible à ce problème est les messages SMS. Au-delà de leur capacité à apporter des objectifs financiers au «en tête», les SMS peuvent être des outils numériques efficients et efficaces pour créer et maintenir les effets positifs de la pression sociale.

Il existe des preuves d'un certain nombre de pays (Kenya, Afghanistan et Inde, par exemple) que les services financiers numériques (SFD) peuvent être un moyen efficace, abordable et évolutif d'accroître l'inclusion financière et d'améliorer la vie des pauvres. Cependant, il reste encore des défis importants à relever pour parvenir à une utilisation durable qui se traduit par un impact positif sur le bien-être. Comme noté dans cet article de blog IPA, certains de ces défis concernent en particulier la réduction des effets sociaux qui accompagne l'introduction des technologies numériques, telles que les téléphones mobiles et intelligents. Même si la finance numérique peut faciliter l'accès aux services financiers pour les personnes situées au bas de la pyramide, ces nouvelles formes de financement peuvent également avoir des résultats inattendus tels que baisse de l'épargne et remboursement des dettes en souffrance, par une moindre cohésion de groupe et une diminution de la pression sociale. Bien que davantage de preuves à ce sujet soient nécessaires, il est important de prendre en compte ces possibilités lors du développement d'outils et de services numériques pour les plus pauvres du monde.

Prenons l'exemple des groupes de pairs en microfinance. Traditionnellement, ces groupes s'appuient sur deux piliers principaux pour leur fonctionnement : la responsabilité solidaire et les effets sociaux. Des preuves ont montré que la "responsabilité conjointe" n'est pas toujours nécessaire pour adopter un comportement financier sain (Giné et Karlan, 2010). Par contre, le et les sciences sociales les effets que ces groupes ont tendent à promouvoir des taux d'épargne et de remboursement plus élevés. Ceci a été bien documenté dans la littérature académique (Dupas et Robinson 2013, Breza et Chandrasekhar 2016et Bréza 2012). Pour de nombreuses institutions de microfinance, cela a fourni une bonne justification pour maintenir les groupes de pairs comme élément central du modèle de fonctionnement. Cependant, les changements rapides qui ont eu lieu dans l'espace de la finance numérique soulèvent des questions, telles que, comment pouvons-nous maintenir les avantages liés à la pression sociale pendant que nous passons à une forme de finance numérique basée sur l'individu ?

Les preuves d'un certain nombre d'études suggèrent que des fonctionnalités soigneusement conçues intégrées dans les plateformes de services financiers numériques peuvent offrir une opportunité de maintenir et de tirer parti des avantages de la cohésion/pression sociale inhérente au modèle traditionnel. Un outil simple à la disposition d'un concepteur de produit est les messages SMS. Recherche précédente menée par l'IPA a montré que les messages SMS peuvent être des outils puissants pour lutter contre la procrastination et aider les individus à atteindre leurs objectifs. Plus récemment, les résultats d'études similaires indiquent que les messages SMS pourraient reproduire certains des résultats traditionnellement liés à diverses formes d'effets sociaux. Par exemple, Kast, Meier et Poméranz (2016) ont constaté que les messages texte de rétroaction peuvent avoir des effets d'ampleur similaire sur l'épargne que d'autres formes de pression sociale (réunions, récompenses ou pression des pairs). De même, au Kenya, un projet pilote de 14 jours a montré que les messages SMS comparant les économies des personnes à celles d'épargnants légèrement meilleurs augmentaient les économies de 11 % (CGAP, 2017). Alors qu'une autre étude, également au Kenya, a révélé que les messages SMS qui testaient « l'effet pair » sous la plate-forme de prêt entre pairs Pesa Zetu obtenaient des taux de remboursement plus élevés que les autres types de SMS (CGAP, 2017).

"... les SMS peuvent avoir des effets sur l'épargne d'une ampleur similaire à ceux d'autres formes de pression sociale (réunions, récompenses ou pression des pairs)."

Des messages ou des notifications soigneusement conçus qui renforcent et reproduisent certains des mécanismes des effets sociaux peuvent avoir un impact important sur le comportement financier des utilisateurs de services financiers numériques. Cependant, un certain nombre de questions se posent lorsque l'on envisage de passer à un environnement de finance numérique individuel. Comment intégrer les aspects positifs de la pression sociale et de la cohésion dans la conception des produits ? Quels mécanismes et caractéristiques de conception ont le plus grand impact sur la santé financière ? Les formes numériques de pression sociale sont-elles plus rentables que d'autres méthodes plus traditionnelles pour générer un impact ?

IPA travaille actuellement en partenariat avec la Commission nationale mexicaine du système d'épargne-retraite (CONSERVER pour son acronyme espagnol), le gestionnaire du fonds de pension colombien (Colpensions), Et la Banque interaméricaine de développement tester l'impact de différents cadrages comportementaux des SMS, y compris une stratégie de pression sociale, sur l'épargne-retraite dans Mexique et Colombie. Cette recherche peut contribuer à élargir l'ensemble des preuves sur les caractéristiques sociales qui peuvent faire des SMS les plus efficaces pour promouvoir un comportement financier sain. Les résultats de ceux-ci et autres évaluations peut nous aider à comprendre les ajustements de conception et les fonctionnalités nécessaires pour ouvrir la voie à une transition en douceur vers la finance numérique qui préserve les avantages des effets sociaux.

Miguel Angel Jimenez Gallardo est associé de recherche principal à l'IPA. Il a rejoint l'IPA en 2017 et travaille actuellement sur des sujets liés à l'inclusion financière, à l'épargne à long terme et aux encouragements comportementaux.

14 mai 2018